Rien ne va plus au CRAN

justice
Guerre du CRAN
Louis Georges Tin et Ghyslain Vedeux ©Thomas Samson AFP/Outre-mer la 1ère
Une guerre fratricide se joue à la tête du Conseil représentatif des associations noires de France, le CRAN. Ghyslain Vedeux, le président élu en juin 2018 pointe du doigt des malversations financières sous l'ère de son prédécesseur, Louis-Georges Tin.
Le CRAN est à cran. Il existe des tensions au sein du Conseil représentatif des associations noires de France. Lorsque Ghyslain Vedeux accède à la présidence du CRAN en juin 2018, il explique avoir constaté plusieurs irrégularités dans les comptes de la fédération. Il dépose alors une plainte contre X au pénal.
 

Plus de 50.000 euros

"Il s'est rendu compte, à la lecture de plusieurs procès verbaux d'assemblées générales qu'il y avait eu des retraits en espèces au guichet complètement injustifiés, explique Me Noémie Saïdi-Cottier, une des deux avocates qui s'occupent du volet pénal de l'affaire, aux côtés de Me Joseph Breham. Il y a aussi des virements du compte bancaire du CRAN avec des libellés hasardeux, assez énigmatiques."
 

Dans un procès verbal, on parle de plus de 10.000 euros de retraits et virements hasardeux, et dans un autre procès verbal, si on fait le calcul on arrive à plus de 50.000 euros

Me Noémie Saïdi-Cottier, avocat de Ghyslain Vedeux


Contacté par la rédaction d'Outre-mer la 1ère, Louis-Georges Tin assure que tout cela n’est que diffamation. Il affirme pouvoir justifier chacune des dépenses et n’hésite pas à donner des preuves comme des relevés bancaires. Mais ce que Ghyslain Vedeux reproche, c’est l’utilisation de son nom, selon lui sans autorisation, sur des factures. 
 

Procédure de radiation

De l’autre côté, ce qui pose problème à Louis-Georges Tin, c’est la participation du nouveau président Ghyslain Vedeux aux élections municipales de Tours sur une liste électorale. Une procédure de radiation a donc été lancée contre lui et une nouvelle présidente, Lova Rinel, a fait son apparition. La jeune femme assure qu'elle est tout a fait légitime dans son rôle de présidente. 

Mais à en croire Me Sibylle Diallo-Leblanc, rien de tout cela n’a été fait dans les règles. L'avocate s'occupe du volet civil de l'affaire avec Me Michel Montazeau et elle est catégorique : pour elle, tout prouve que Ghyslain Vedeux est bien le président du CRAN. "On a vu apparaître Mme Lova Rinel qui dit être élue présidente du Cran depuis un certain PV du 18 juillet 2020. Or, il apparaît que ce conseil a été irrégulièrement convoqué, par des associations qui ont depuis, été radiées et suspendues du CRAN, dont celle de M. Louis-Georges Tin et de M. Joanes Louis", Joanes Louis ayant été choisi comme trésorier dans l'équipe constituée par Lova Rinel.
 

Rendez-vous au tribunal

Toute la lumière sur la présidence du Cran devrait être faite mi-novembre devant le tribunal judiciaire de Paris. Autre tension au sein de la fédération, l’utilisation du titre de président d’honneur par Louis-Georges Tin. D’après l’actuel président Ghyslain Vedeux, cette décision, validée en conseil d'administration, n’a pas été entérinée par une assemblée générale.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live