outre-mer
territoire

Législatives-Saint-Pierre-et-Miquelon: Annick Girardin accusée de revenir sur ses engagements

politique
Girardin
©Stéphane de Sakutin - AFP
La ministre des Outre-mer Annick Girardin brigue un troisième mandat de députée à Saint-Pierre-et-Miquelon. Face à elle, quatre candidats qui lui reprochent d'être revenue sur son engagement de ne plus faire partie d'un gouvernement.
Mme Girardin, 52 ans, est investie par le PRG (dont elle est vice-présidente) et le PS, et soutenue par la République en Marche (REM) dans cette collectivité de l'Atlantique nord.  

En cas de défaite, Annick Girardin serait privée de son ministère au niveau national et ne compterait plus de mandat au niveau local. En cas de victoire, c'est son suppléant Stéphane Claireaux, l'actuel député de l'archipel, qui siègerait à l'Assemblée Nationale tandis qu'elle resterait en poste rue Oudinot.


Qu'est-ce qui est mieux pour l'archipel ? 


Pour l'emporter, l'ex-ministre de la Fonction publique devra faire oublier qu'elle s'était engagée à ne plus faire partie d'un gouvernement, afin de se consacrer entièrement à l'archipel pour un troisième et dernier mandat de député, avant d'accepter le ministère des Outre-mer. 

"Quand le président de la République me téléphone, après que j'ai refusé la proposition du Premier ministre Edouard Philippe, pour insister, je ne me pose qu'une seule question: qu'est-ce qui est mieux pour l'archipel ? Et c'est pour l'archipel que j'ai accepté", a-t-elle expliqué sur la radio Saint-Pierre et Miquelon 1ere. 


Ses adversaires dénoncent une forme de pression sur ces élections 


Si la ministre évoque "une chance unique pour Saint-Pierre et Miquelon", ses adversaires, Robert Langlois (France insoumise), le vice-président du conseil territorial Stéphane Lenormand (Archipel Demain), Roger Rode (Front National) ou Denis Vigneau-Dugué (sans étiquette) dénoncent une forme de pression sur ces élections.

"Elle met une pression sur cette élection, c'est indéniable (...) J'ai peur que cette élection se transforme en un plébiscite: Est-ce que vous êtes pour ou contre une ministre de Saint-Pierre-et-Miquelon au gouvernement?", a estimé Stéphane Lenormand sur la même radio.  Elu députée PRG à Saint-Pierre-et-Miquelon en 2007, reconduite en 2012 dès le 1er tour  avec 65,5% des voix, elle avait été nommée secrétaire d'Etat au Développement et à la Francophonie en avril 2014, dans le premier gouvernement Valls. Elle avait ensuite succédé à Marylise Lebranchu à la Fonction publique en février 2016.

Les quelque 5.000 électeurs inscrits devront faire leur choix les 10 et 17 juin prochain.
 
Publicité