[SERIE] "Jeunes Ultramarins du numérique" 1/5 - Edouard Gibert veut démocratiser la sous-location d'appartement

entreprises
Edouard Gibert Polynésien
© DR Edouard Gibert a co-fondé Switcharound.com
Co-fondateur de Switcharound.com, une plateforme de sous-location de logements pour étudiants, le Polynésien Edouard Gibert entend s'imposer sur un marché très concurrentiel. Le jeune entrepreneur s'est donné pour but de développer la sous-location de moyenne durée.
Faciliter la vie des étudiants en développant la sous-location légale et l'échange d'appartements, c'est le défi que s'est lancé Edouard Gibert. Parti du constat "que le logement est le premier frein à la mobilité des jeunes dans le cadre de stages ou de séjours à l'étranger", l'entrepreneur polynésien a co-fondé Switcharound.com en 2014.

Ce site est l'aboutissement d'un début de carrière réussi même s'il a fallu plusieurs années à Edouard Gibert avant de trouver sa voie. Né à Papeete, il passe toute sa jeunesse à Tahiti. Après sa deuxième année d'économie et gestion, il décide de s'expatrier pour terminer sa licence à Bordeaux, avec l'envie de "s'émanciper, gagner en expérience et monter sa propre entreprise", confie-t-il à La1ere.fr.

De Saint-Cyr à l'entrepreneuriat

Dans cette optique, il se décide à passer les écoles de commerce qu'il réussit à la deuxième tentative. À l'INSEEC Bordeaux, il intègre le programme "grandes écoles" en partenariat avec l'école militaire de Saint-Cyr où il passera une partie de sa formation. Ce petit-fils d'amiral, baigné dans la culture militaire depuis son enfance, y apprécie "la rigueur". Il tente ensuite sans succès le concours de pilote d'hélicoptère.

Cet échec lui fait prendre conscience qu'il n'est pas destiné à une carrière dans l'armée, bien qu'il reste réserviste. Alors, il décide de partir à Saint-Martin où l'attend un poste de responsable commercial chez un important grossiste alimentaire de l'île. Une année de travail acharné où il "apprend beaucoup" et à l'issue de laquelle il rentre en Polynésie une idée en tête : créer une chaîne de bars de plages destinés aux touristes.

Finalement, Edouard Gibert rentre dans l'Hexagone. Un ami cherche un associé pour monter Switcharound.com qui en est à ses balbutiements. Avant de trouver la "formule magique", les deux jeunes entrepreneurs tâtonnent. La première version du site propose aux étudiants d'échanger simplement leur appartement, "mais c'était trop contraignant et il y a eu des échanges qui se sont faits dans la douleur", se souvient le Polynésien.

Switcharound.com
La page d'accueil de Switcharound.com ©Capture d'écran


"Redorer le blason de la sous-location"

Après plusieurs tests, l'entreprise commence à trouver son modèle. "D'abord réservé aux étudiants, le site s'élargit à d'autres personnes qui ont besoin d'un logement de moyenne durée : une famille qui déménage et a besoin d'un point de chute pour quelques mois, un intérimaire… En fait, nous nous sommes aperçus que beaucoup de personnes cherchaient un logement temporaire", détaille Edouard Gibert.

Il reste toutefois des difficultés à surmonter pour que l'entreprise prenne définitivement son envol : "l'acquisition de nouveaux utilisateurs, le développement des liens avec les agences immobilières", énonce Edouard Gibert. De plus, "en France, la sous-location est mal vue, notamment par les propriétaires qu'il est dur de convaincre de sous-louer. Je veux redorer son blason".

Aujourd'hui, Switcharound.com et Edouard Gibert veulent continuer à tisser leur toile dans le monde de la sous-location. Si le marché est hyper-concurrentiel avec notamment le géant Airbnb, le Polynésien compte sur "l'accompagnement humain et juridique" que propose sa structure pour se détacher et offrir un service sur mesure.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live