publicité

La série "Maroni, les fantômes du fleuve", réalisée en Guyane, le 25 janvier sur Arte

A partir du 25 janvier, la chaîne franco-allemande Arte diffusera une série policière de quatre épisodes se déroulant en Guyane. Une enquête criminelle menée tambour battant à Cayenne et au coeur de la forêt amazonienne, sur fond de rituels vaudou.

La série "Maroni, les fantômes du fleuve", est à voir le 25 janvier sur Arte. © David Bersanetti/Madamoiselle Films
© David Bersanetti/Madamoiselle Films La série "Maroni, les fantômes du fleuve", est à voir le 25 janvier sur Arte.
  • Par Philippe Triay
  • Publié le , mis à jour le
La Guyane, avec ses paysages intenses, sa végétation, sa faune, ses fleuves ainsi que son incroyable diversité humaine et culturelle fascine de plus en plus romanciers et cinéastes. Sans compter investisseurs, aventuriers et escrocs de tout acabit qui tentent de s’y implanter pour ses richesses minières et agricoles, et dont les méfaits peuvent parfois nourrir l’imagination de réalisateurs.

Ainsi à compter du 25 janvier, la chaîne franco-allemande Arte va diffuser une série de quatre épisodes (attention : tous interdits aux moins de 16 ans) de 45 minutes ayant pour cadre la Guyane, intitulée "Maroni, les fantômes du fleuve", réalisée par Olivier Abbou sur une intrigue d’Aurélien Molas, un auteur de romans policiers.

Pas sûr que les Guyanais s’y reconnaîtront

"Une gendarme fraîchement débarquée à Cayenne et son coéquipier enquêtent sur la disparition d'un enfant. Au cœur de la Guyane sauvage, un thriller aux accents conradiens sur lequel planent les mystères du vaudou", explique Arte dans sa présentation.

Et l’on devrait être servi. Les ingrédients : meurtre d’un couple de métropolitains, disparition de leur jeune fils, immigration illégale, trafic d’animaux, violence et réseaux de prostitution, rituels vaudou, misère sociale et plongée dans les "ténèbres" de la forêt amazonienne… Beaucoup de clichés à la limite de la caricature mais il faut bien amuser le public. Pas sûr que les Guyanais s’y reconnaîtront. Le téléspectateur jugera par lui-même.
"Maroni, les fantômes du fleuve"

 

Sur le même thème

  • cinéma

    Fréquentation des cinémas en hausse de 4,4% en 2017 Outre-mer [DATA]

    Le CNC, Centre National du Cinéma vient de publier une étude sur la fréquentation dans les salles d’Outre-mer. La tendance est à la hausse en 2017 (+4,4%). Selon cette enquête, les Martiniquais sont les plus cinéphiles et à La réunion, le public est majoritairement masculin. 
     

  • cinéma

    Cinéma : racisme en cascades

    Une belle quadragénaire et un jeune Guadeloupéen s'aiment dans le quartier parisien de Belleville en 1963. Différence d'âge et couleurs de peau y suscitent bien des réactions hostiles, notamment chez les enfants... L'audacieux et longtemps ignoré "Rue des cascades" ressort en salles, restauré.

  • cinéma

    Whitney Houston, une épopée tragique

    Dans les salles de l’Hexagone avant peut-être celles des Outre-mer, le film sur la chanteuse afro-américaine Whitney Houston revient sur la carrière et la descente aux enfers de celle qui fut une icône mondiale, morte d’une overdose à l’âge de 48 ans.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play