outre-mer
territoire

[SERIE PANAMA 5/5] Les Congos : la culture des descendants d’esclaves

histoire
SERIE 5/5 : les Congos : la culture des descendants d’esclaves
©NC
L'origine des Congos remonte à l'époque coloniale. Cette culture que l’on trouve à Portobelo sur la côte Atlantique du Panama, provient des anciens esclaves africains victimes du commerce négrier au 16 ème siècle.
 
Portobelo a été découvert par Christophe Colomb, en 1502 qui, séduit par la beauté du lieu, lui a donné le nom de Beau port. Cette ville située sur la côte Caraïbe du Panama deviendra très vite un centre névralgique pour le commerce de l'or et la traite négrière.

En 1523, avec la mise en place du commerce négrier, des milliers d'esclaves seront débarqués à Portobelo. Des hommes pour la plupart originaires du Golfe de Guinée notamment d’Angola, du Cameroun, de Guinée et du Congo.

De cette histoire tragique reste des vestiges que l’on peut encore observer à Portobelo: le bâtiment des douanes et le fort San Jeronimo, entièrement construit par les esclaves.
Les Congos : la culture des descendants d’esclaves
©NS

Les maîtres espagnols ont obligé les esclaves à s'immerger dans les profondeurs de la mer pour y couper des coraux. Ces coraux ont servi à la construction des murs du fort de Portobelo
Mama Ari.


Malgré les conditions difficiles et l’évangélisation, les esclaves africains parviendront à maintenir leurs traditions et à développer une culture atypique: la culture Congo.

Aujourd’hui, 95 % des habitants de Portobelo sont d'origine africaine et la culture Congo fait partie intégrante de leur quotidien. Depuis 3 ans, ils ont même leur musée: la Casa Congo.

Ici, on apprend comment les esclaves ont lutté pour leur liberté, comment ils ont adapté leurs connaissances traditionnelles à l'environnement local. Une histoire singulière qui a valu  à la culture Congo d'être inscrit depuis novembre 2018 au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.
Les Congos : la culture des descendants d’esclave
 Une décision dont la population est très fière

C’est la reconnaissance d'une culture, c'est l'histoire de la lutte d'un peuple libéré de l'esclavage devenu cimarron, qui se souvient de son histoire avec fierté. Nous espérons que d'avantage de visiteurs viendront, que beaucoup de gens s'intéresseront à l'histoire à la culture et la nature de PortoBello,
Lourdes Guttierrez, Directrice de la Fondation Bahía Portobelo.


Au -delà de la langue qui mélange les dialectes africains avec l’espagnol, cette culture se définit surtout par la danse, forme d’expression pour dénoncer l'esclavage, évoquer les luttes pour la liberté ou encore parodier l'église ou la couronne espagnol.
 

Le costume lui-même a une signification 

Notre costume symbolise la liberté, celle pour laquelle le noir a tant  lutté;  la couleur de la robe représente la nature et la largeur évoque  la liberté et le tour que nous faisons lorsque nous dansons c'est le tour qui devait nous mener à la liberté, c'est pourquoi cette danse est libre,
Mama Ari.

Les Congos : la culture des descendants d’esclaves
©NS
"Mama Ari" est aujourd’hui gardienne de cette culture héritée des esclaves. Elle a même crée un groupe de danses Congo dans le but de préserver cette tradition et de la transmettre aux jeunes générations.

Aujourd’hui, Les Congos du Panama ont une place importante dans la société panaméenne, de par la force de leur travail, leur unité, et leur fierté.
©la1ere
Les Congos : la culture des descendants d’esclave
©NS
Les Congos : la culture des descendants d’esclave
©NS

Le Christ Noir de Portobelo

La ville de Portobelo est célèbre pour la statue du christ noir qui trône dans l’église San Felipe, l’une des dernières églises construite au Panama par les Espagnols. Elle aurait été trouvée en 1658 par des pêcheurs du village dans une caisse jetée à la mer par des marins d’un navire espagnol sur le point de faire naufrage. Il s’agissait de leur 6ème tentative pour sortir de la baie. Le bateau qui devait se rendre en Colombie était à chaque fois repoussé par une tempête. Cette fois ci il réussit sa sortie. Pour les habitants de Portobelo, c’est un signe, le christ veut rester dans le village. On l’installe alors dans l’église. D’autres versions de l’arrivée du Christ noir existent.

Les habitants lui attribuent de nombreux miracles. Aujourd’hui, Il est fêté chaque 21 octobre avec une procession dans les rues de la ville. Entre 30 000 et 50 000 pèlerins viennent de tout le Panama pour honorer le Christ noir.








 



 
Publicité