publicité

Sumaele, groupe de kaneka de Nouvelle-Calédonie, termine sa tournée par les grottes de Lascaux

Au terme de sa première tournée d’un mois dans l’Hexagone, le groupe de musique kaneka Sumaele se produisait à Montignac (Dordogne), au festival "Cultures aux cœurs". Avec un point d’orgue : un hymne à la paix, mini-jeux Olympiques de la culture avec douze délégations.

  • Christian Tortel/MB
  • Publié le
"Le folklore c’est de la culture" martèle le président du festival de Montignac, Bernard Criner qui peste contre les journalistes qui ne font pas le déplacement sous prétexte que les danses et musiques du monde n’auraient pas un statut agréé culture. Bref, on lui donne volontiers raison tant la culture s’y exprime dans toutes ses dimensions, dont la plus ancienne, l’art pariétal… car c’est bien sur le territoire de Montignac qu’existe la grotte de Lascaux, découverte en 1940, fermée en 1963 en raison de la dégradation possibles des fresques.

Une grotte que les huit artistes du groupe de kaneka, Sumaele, ont visité dans l’émotion, même si ce n’était que Lascaux 2, réplique de la grotte d’origine, qui reproduit à 80% les fresques peintes par les hommes de Cro-Magnon.
 
Sumaele dans la grotte de Lascaux

Le chant entendu dans le reportage est un chant de tempérance d’inspiration biblique. Il terminait ainsi une tournée commencée le 7 juillet à Châlons-en-Champagne, poursuivi par la Bretagne et l’Auvergne (Gannat), un périple pour huit artistes du district de Guama à Maré (Nouvelle-Calédonie) qui s’est terminé par une semaine de concerts dans le Périgord, du 29 juillet au 4 août.
 

3000 habitants, 300 bénévoles

A Montignac, les groupes invités, venus d’Algérie, du Kazakhstan, de Biélorussie, du Paraguay, d’Ouganda ou du comté de Nice, se produisent pendant une semaine dans les différentes places de la ville, y compris dans un centre aéré pour jeunes.
Dans cette cité périgourdine de 3000 habitants, 300 bénévoles accueillent pendant une semaine douze délégations.
Terrasse de l’amitié, un hymne à la paix le dimanche matin entend faire "communier" ses compagnies folkloriques dans un véritable "rituel laïque". C’est d’ailleurs l’Amicale laïque du Montignacois qui organise ce festival. L’association affiliée à la Ligue de l’enseignement souhaite promouvoir "l'accessibilité de tous à l'éducation, à la culture, aux sports et aux loisirs".

Regardez le reportage tout en ambiance de Christian Tortel et Benjamin Bonte :
Montignac : hymne à la paix le jour, rencontres la nuit

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play