"Tant que la vaccination ne sera pas plus importante, la Guyane s’exposera à des risques de récidives", estime Olivier Véran

coronavirus
Olivier Véran
Olivier Véran ©Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Seuls 52% des infirmiers et 25% des ASH sont vaccinés en Guyane. "Le système hospitalier fonctionne à hauteur de 25%", a expliqué Lénaïck Adam. Le député de Guyane estime que "la vaccination obligatoire des soignants n'est pas applicable" et il a interpellé le ministre de la Santé à ce sujet.

"En Guyane, le système hospitalier a atteint un point de non-retour", a déclaré Lénaïck Adam lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Le député de Guyane a précisé que "seuls 52% des infirmiers et 25% des ASH sont vaccinés. (...) En découle un système hospitalier fonctionnel à hauteur de 25%". "Le personnel vacciné est épuisé". (...) Nous courons droit à la catastrophe", a-t-il ajouté. "Je ne me fais pas l’avocat de ceux qui refusent de se faire vacciner. J’invite et j’encourage à la vaccination", a-t-il lancé tout en affirmant que "la loi sur la vaccination obligatoire des soignants n’est pas applicable en l’état en Guyane". "Quelle solution préconisez-vous ?" a demandé le député.

Le ministre de la Santé lui a répondu en rappelant que "l’obligation vaccinale devait s’appliquer, mais qu’il fallait le faire avec le discernement nécessaire compte tenu de la pression sanitaire très forte qui fait qu’on ne peut se priver de soignants". "La médecine qualitative est celle qui consiste à protéger ceux qui viennent à l’hôpital afin qu’ils ne tombent pas malades".

Le ministre de la Santé a surtout mis en garde la population. "Ceux qui pensent que le Covid a disparu Outre-mer se trompent", dit-il. "Le taux de couverture vaccinale beaucoup trop faible". Le ministre a salué le fait que le député Lenaick Adam appelle à la vaccination et a ajouté qu’il serait bon que toutes les personnalités engagées pour la Guyane puissent faire cet appel également. Allusion à peine voilée à Christiane Taubira.

"Tant qu’il n’y a pas de vaccination massive à l’instar de ce qui se passe en métropole, la Guyane s’exposera à des risques de récidives" a conclu le ministre de la Santé.