publicité

La télémédecine une chance pour les Outre-mer, à condition de bénéficier d'une bonne couverture réseau

Dès le 15 septembre, il sera possible de se faire soigner sans se déplacer. La télémédecine va devenir une solution pour faire face au vieillissement croissant de la population et à la désertion de certaines zones rurales par les médecins. A condition de bénéficier d'une bonne couverture réseau...

© Fotolia
© Fotolia
  • Par Pierre Lacombe
  • Publié le
Il aura fallu presque dix ans pour que démarre en France la télémédecine, pourtant inscrite dans une loi adoptée en 2009. Dès le 15 septembre, il sera possible de demander conseil à un dermatologue grâce à un appel vidéo via internet, faire un suivi avec un cardiologue après une opération, ou parler à un psychiatre depuis chez soi. Si cette nouvelle pratique de la médecine est une révolution dans l'univers médical, elle atteint néanmoins sa limite avec la couverture du réseau qui reste un problème notamment dans les Outre-mer. 


Comment ça marche

La télémédecine, déjà expérimentée dans de nombreux endroits, met en relation, à distance et en temps réel, un médecin et son patient, ou plusieurs médecins issus d’établissements différents, sous forme de visioconférence. Cela permet de gagner en réactivité et en qualité dans la prise en charge d’un patient, en obtenant un avis médical immédiat sur sa situation. Elle favorise également la coopération hospitalière, en mettant facilement en relation des spécialistes, sans avoir besoin de les faire se déplacer. 

Concernant plus spécifiquement la consultation avec un patient, le médecin devra l'organiser dans un milieu sécurisé pour éviter que les données de santé ne se répandent sur les réseaux sociaux, par exemple. Pour cela, le médecin devra faire signer un consentement à son patient pour l'informer et lui expliquer comment il va organiser cette consultation à distance.

Le patient disposera d'un numéro d'authentification pour accéder au site sécurisé. Le patient doit pouvoir bénéficier de cette télé consultation, avec un état de santé compatible, et une certaine aisance face aux technologies employées. Éventuellement, il peut être assisté par un proche, un interprète, ou un personnel de santé.   

L'Assurance maladie remboursera tous les actes. "Aucune situation clinique ne peut être exclue a priori", affirme-t-elle dans un communiqué. Mais elle délimite des critères. Premier d'entre eux: la téléconsultation "n'est pas adaptée aux situations exigeant un examen physique direct par le professionnel médical consulté".

Une solution pour favoriser l'accès aux soins Outre-mer

Une prévention défaillante, un accès difficile aux structures médicales, une organisation inefficace des dispositifs médicaux, les disparités d'accès à la santé dans les Outre-mer sont nombreuses et persistantes, dénonçait il y a quelques mois la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH).

L'espérance de vie à la naissance est en moyenne plus basse dans les départements et régions d'outre-mer. Si la Martinique et la Réunion connaissent une situation comparable à la métropole, l'espérance de vie en Guyane est de deux ans inférieure à celle de la métropole (76,7 ans pour les hommes et 82,9 ans pour les femmes) et encore plus basse à Mayotte (74,7 ans et  77,9 ans).

La couverture du réseau demeure (encore) un frein  

Si la télémédecine devient  une solution pour lutter contre les déserts médicaux et favoriser l'accès aux soins dans les Outre-mer, elle se heurte à plusieurs problèmes. Outre la nécessité de posséder un ordinateur doté d'une webcam, il faut aussi être familiarisé avec internet, ce qui n'est pas toujours le cas pour une personne âgée notamment. Sur ce dernier point, "les patients seront accompagnés", promet Lydie Canipel, secrétaire générale de la Société française de télémédecine, qui insiste sur "le rôle majeur des infirmières à domicile pour aider les patients à se connecter avec la plateforme de télémédecine".

Reste un dernier obstacle, l'accès à internet. De nombreuses zones du territoire sont dépourvues de couverture réseau. "La télémédecine s'adresse à des déserts médicaux, mais souvent là où il n'y a plus de médecins, il n'y pas beaucoup de réseau non plus", regrette Lydie Canipel. 



Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play