outre-mer
territoire

Vigilance cyclone déclenchée à Saint-Martin : la tempête tropicale Jerry progresse vers l'arc antillais

météo
NHC Jerry
Jerry se situe mercredi à à plus de 1.000 km au large à l'est de la Martinique, selon Météo-France ©NOAA
Une tempête tropicale, qui pourrait se transformer en cyclone, progresse vers les Antilles et notamment Saint-Martin, ce qui a poussé la préfecture à déclencher préventivement mercredi la vigilance jaune cyclone.
 
"Les dernières prévisions de Météo-France font état d'une tempête tropicale sur l'Atlantique, avec une trajectoire Ouest-Nord-Ouest, dont le passage en cyclone de catégorie 1 n'est pas à exclure", explique la préfecture, soulignant que "l'environnement dans lequel elle évolue est pour le moment propice à son développement".
               
La préfecture de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin a déclenché "la vigilance jaune cyclone" et "rappelle à tous la nécessité d'anticiper et de se préparer à tout phénomène météorologique".

 

Deux ans après Irma

Saint-Martin se relève tout juste du passage destructeur de l'ouragan Irma de catégorie 5, qui a tué 11 personnes en septembre 2017, et endommagé 95% du bâti de l'île et de sa voisine Saint-Barth. Deux ans après, Saint-Martin, qui concentre une population plus précaire que Saint-Barth, continue de se reconstruire, des bâtiments sont toujours abandonnés, des toitures bâchées et certains habitants encore en situation difficile.
 

Trajectoire incertaine

La tempête tropicale, nommée Jerry, est actuellement "à plus de 1.000 km au large à l'est de la Martinique", précise Météo-France, soulignant qu'elle devrait "s'intensifier progressivement en se dirigeant globalement vers l'Ouest-Nord-Ouest et pourrait représenter une menace entre vendredi et samedi pour l'extrême nord de l'arc Antillais".
NHC Jerry
©NHC

Selon le National Hurricane Center, organisme américain spécialiste des ouragans, Jerry devrait se transformer en ouragan vendredi, "avant le passage au plus près de l'arc antillais", ajoute Météo-France. Mais "à cette échéance (48 heures et plus), les erreurs moyennes de trajectoires sont supérieures à 100 km et l'intensité du système est aussi source d'incertitude", note Météo-France.
 
Publicité