Transport aérien : début d'expérimentation d'une application pour embarquer plus vite en temps de Covid

transports
Une application pour embarquer plus vite
En présentant ce QR Code, le passager assure qu'il n'est pas positif au Covid, et peut embarquer ©Photo Air France AOK Pass

Pour faciliter l'embarquement des passagers, Air France propose à partir de jeudi 11 mars une application qui rendra le contrôle des tests Covid plus simples. Corsair la testera à partir du 22 mars. Les voyageurs à destination de la Martinique et de la Guadeloupe pourront la tester pendant un mois.

Une application de plus sur votre téléphone, mais des papiers en moins dans la main. Et surtout, une lecture plus facile, et donc plus rapide pour les agents à l'embarquement. C'est que ce proposent Air France et Corsair dans un premier temps vers les Antilles, via l'appli AOKpass. L'expérimentation débute le 11 mars, indique Air France. Corsair évoque un premier vol test vers les Antilles le 22 mars. 

Une application, mais des données qui restent personnelles

En téléchargeant l'application, le passager doit se rendre dans un des laboratoires partenaires pour effectuer son test dans les délais demandés (72 heures avant le vol pour Martinique et Guadeloupe). Les résultats sont envoyés sous forme de fichier PDF, mais aussi sous la forme d'un QR Code... si le test est négatif. Et ces données resteront sur le téléphone, selon Air France. La compagnie lit le code mais ne l'enregistre pas.

File prioritaire à l'embarquement

Les détenteurs de l'application accèderont à la file prioritaire de l'embarquement. Ils devront quand même présenter le justificatif des motifs impérieux, se soumettre à la prise de température, mais pour le test Covid, il n'y aura qu'à présenter son téléphone avec son QR Code.

Si le voyageur gagne du temps, les compagnies aériennes aussi : la vérification des attestations de test négatif est souvent compliquée : Les laboratoires n'ont pas toujours des fiches très lisibles, et les choses peuvent encore se corser quand les attestations ont été faites dans des pays étrangers.

Bientôt indispensable pour voyager partout?

Jean-Baptiste Djebbari, le ministre des Transports, a indiqué que ce nouveau procédé pourrait être développé à l'avenir vers d'autres destinations.  "Ça peut être une préfiguration ou une anticipation, en tout cas une expérimentation grandeur nature de ce que pourrait être demain un futur travel pass ou un pass sanitaire" a-t-il expliqué.