Un dossier exclusif du New York Times sur les enjeux du nickel, Tesla et la Nouvelle-Calédonie

nickel
Prony
Le Site industriel et minier (nickel électrique classe1) de Prony Resources New Caledonia (PRNC) en Province Sud du Territoire. ©Nicolas Alain-Petit/Biosphoto/AFP
L'un des plus grands journaux américains, qui s'affiche progressiste, consacre un long dossier à l’histoire mouvementée de l’usine de nickel du Sud. C’est une première. La devise du journal, "nous publions toutes les nouvelles qui méritent d'être imprimées".

Ce grand reportage sur le terrain fait la part belle aux enjeux du "nouveau nickel", celui des batteries électriques. Le regard critique porté sur la présence française, dans la seconde partie du dossier, est conforme à l’orientation du journal new-yorkais. Le reporter du New-York Times a eu accès à l'ensemble du site industriel de Prony Resources et de la mine de Goro.

Nous avons choisi de reprendre quelques citations de ce grand dossier (ici en lecture payante), elles concernent le site minier de Goro, l'usine du Sud et la présence de l'américain Tesla.

Le nickel est vital pour les batteries des voitures électriques, mais son extraction est "sale et destructrice", commence l’article du New-York Times. "(Prony) est une usine à l'histoire mouvementée en Nouvelle-Calédonie qui est en passe de devenir une expérimentation d'exploitation minière durable."

Et le New-York Times (NYT) de décrire : "Le paysage, l'un des plus riches en biodiversité de la planète, est d'une beauté étonnante jusqu'à la crête d'une colline où se déroule une perspective différente une terre rouge creusée percée de cheminées et de camions géants grondant sur le terrain lunaire."

Il s’agit du premier grand dossier consacré à la Nouvelle-Calédonie par le quotidien New-Yorkais, la présence de l’américain Tesla, partenaire commercial de l'usine du Sud (Prony Resources) y est sans doute pour beaucoup.

NYT : "Il s'agit de Goro (Prony Resources), la plus grande mine de nickel (du Territoire) sur un minuscule territoire français suspendu entre l'Australie et les Fidji et qui pourrait contenir jusqu'à un quart des réserves mondiales de nickel. Cela constitue également un test critique pour Tesla, le plus grand constructeur de véhicules électriques au monde, qui veut prendre le contrôle de sa chaîne d'approvisionnement et s'assurer que les minéraux utilisés pour ses batteries de voiture sont extraits d'une manière écologiquement et socialement responsable." 

NYT : "La stratégie de Tesla, le plus grand effort d'un constructeur occidental de véhicules électriques pour s'approvisionner directement en minéraux, pourrait servir de modèle pour une industrie verte confrontée à un paradoxe inconfortable. Alors que les consommateurs sont attirés par les véhicules électriques pour leur réputation de propreté, le processus de récolte d'ingrédients essentiels comme le nickel est sale, destructeur et souvent politiquement lourd."

NYT :"Du fait de son industrie du nickel, la Nouvelle-Calédonie est l'un des plus gros émetteurs de carbone par habitant au monde. Et l'exploitation minière, qui a débuté peu après la colonisation de la Nouvelle-Calédonie en 1853, est intimement liée à l'exploitation de son peuple autochtone kanak. L'héritage de plus d'un siècle de terres volées et de traditions écrasées a laissé la production de nickel de Goro à la merci de fréquentes grèves et manifestations politiques."

Tesla : un capitalisme "progressiste" 

NYT :"Si elle est bien faite, l'approche de Tesla, qui a la capacité de produire près d'un million de voitures par an, pourrait ouvrir la voie à l'établissement de normes mondiales pour la révolution des véhicules électriques, dans une autre initiative défiant les conventions de l'énigmatique fondateur de l'entreprise, Elon Musk. Il offre également aux constructeurs automobiles occidentaux un moyen de commencer à contourner la Chine, qui domine actuellement la production de batteries de véhicules électriques."

NYT :"S'il est mal fait, (le projet) Goro (Prony Resources) servira de mise en garde sur la difficulté d'atteindre une véritable durabilité. "Going green" ou "acting local" (Produire vert ou agir localement) sont de jolis autocollants pour pare-chocs d’une Tesla. Pour atteindre ces idéaux, cependant, il faudra non seulement de l'argent et de l'innovation, mais aussi une connaissance avisée de l'un des endroits les plus reculés de la planète, une dispersion d'îles sous domination française. Certains des plus grands mineurs de nickel du monde ont essayé de tirer profit de Goro (massif minier de l'usine du Sud de Prony Resources ndlr) – et ont échoué.

NYT : "Nous sommes cette toute petite chose dans une juridiction compliquée", a déclaré Antonin Beurrier, directeur général de Prony Resources, le consortium qui a pris possession de l'installation de nickel de Goro cette année. "Et nous devons réinventer l'entreprise."

NYT :"Suivant l'exemple de M. Musk, les employés de Tesla parlent rarement aux médias et ont peu parlé de l'accord avec la Nouvelle-Calédonie."

L'atout de la Nouvelle-Calédonie

NYT : "Si un endroit peut réussir l'exploit du nickel vert, c'est bien la Nouvelle-Calédonie. De par son statut de territoire français d'outre-mer, la Nouvelle-Calédonie, avec une population de 270 000 habitants, est soumise à des normes européennes rigoureuses en matière d'environnement et de travail. Son propre gouvernement – ​​dirigé par une coalition représentant les Kanaks autochtones, des générations de colons européens et de nouveaux arrivants français, ainsi que des Asiatiques et des insulaires du Pacifique venus travailler dans les mines – est également désireux de protéger les droits locaux."

NYT : "Prony Resources promet de réduire de moitié ses émissions de carbone d'ici 2030 et de devenir neutre en carbone 10 ans plus tard. Les déchets de l'usine, qui sont actuellement retenus dans un parc à résidus comme boues toxiques, seront filtrés et transformés en déchets secs moins corrosifs, à l'aide d'un nouveau système avec un investissement de 420 millions de dollars."

NYT : "La Nouvelle-Calédonie, dans sa manière d'exploiter son minerai, est perçue comme un pays qui contribue à la lutte contre le réchauffement climatique", a déclaré le président du Territoire, Louis Mapou, dans une interview. "Nous avons des coûts de production très élevés en Nouvelle-Calédonie, c'est vrai, mais nous respectons les droits de l'homme, respectons les droits des populations locales et respectons l'environnement."

Toutes les citations sont extraites et traduites du dossier consacré au grand Sud calédonien par le New-York Times. Article payant.

Et le nickel termine l'année en fanfare avec un cours au plus haut depuis le 1er janvier LME-Nickel : 20.591 dollars/tonne + 24% de hausse en 2021.