Usine du Sud [nickel et cobalt] : la direction de la multinationale Vale appelle à une solution pacifique en Nouvelle-Calédonie

nickel
NICKEL
Eduardo Bartolomeo PDG (CEO) de Vale, géant brésilien des matières premières ©VALE
La situation pourrait se calmer en Nouvelle-Calédonie, des responsables indépendantistes et coutumiers venant d’accepter la main tendue par le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu. De son côté, Vale aussi souhaite un retour au calme.

Dans un communiqué de presse publié à minuit heure de Paris depuis son siège de Rio au Brésil, le groupe minier brésilien informe que "Vale Nouvelle-Calédonie (VNC) a été évacué en toute sécurité après une nuit de manifestations sur et à proximité du site de la Nouvelle-Calédonie." Vale souhaite l'apaisement, visiblement trés préoccupé par la situation.


Une histoire contrariée

Aprés avoir été accueilli favorablement, notamment par les indépendantistes en Nouvelle-Calédonie, quand le Brésil était dirigé par le président progressiste Lula, de 2006 à 2011, le groupe brésilien est aujourd'hui accusé d'avoir favorisé la reprise de son usine calédonienne par le consortium calédonien et suisse Prony Resources, au bénéfice de la Province Sud (loyaliste) et du négociant Trafigura, accusé d'être un "prédateur financier". Glencore, concurrent suisse de Trafigura, est associé aux indépendantistes calédoniens pour la gestion de l'usine du Nord dont il détient officiellement 49 % des parts.

 

La direction brésilienne de Vale parle

"L'usine est actuellement sous la protection des gendarmes (forces militaires) et les opérations ont été interrompues jusqu'à ce que les conditions de travail et de sécurité des salariés de l’usine soient rétablis" poursuit le communiqué de Vale. "Grâce à l'engagement exceptionnel de nos collaborateurs calédoniens et des gendarmes, il n'y a eu aucun blessé, aucun dommage environnemental et aucun accident du travail. Les opérations sont arrêtées de manière sûre et contrôlée."

Le 8 décembre rappelle le groupe minier brésilien "Vale a signé un accord d’option de vente contraignant pour la vente de sa participation dans VNC, qui est soutenu par les gouvernements calédonien et français et approuvé par le comité d’entreprise de l’usine du Sud (VNC)".

 

Solution pacifique

Vale conclut en réaffirmant "son attachement à la sécurité et à la protection des employé(e)s et des partenaires calédoniens de VNC tout en soutenant inconditionnellement les efforts pour une solution pacifique et en rejetant la violence."

 

Et pendant ce temps 

Le cours du nickel flambe à la Bourse des Métaux de Londres. La tonne de métal a atteint son plus haut niveau de l'année 2020 à prés 17.400 dollars la tonne. La progression est de 6 % depuis le début de la semaine et de 26 % depuis le 1er janvier 2020. Le marché a réagi aux violences en Nouvelle-Calédonie qui est le quatrième producteur mondial. L'usine du Sud fournit déjà 2 % de la production mondiale de nickel pour les batteries électriques et la demande est forte, sous tension d'un offre insuffisante.