Vaccination Covid-19 : les Ultramarins sont-ils des salariés à part à la RATP ?  

coronavirus
métro
©Estelle Ruiz afp

Un communiqué interne de la RATP mentionne les personnels ultramarins dans la liste des personnes prioritaires à la vaccination dans l’entreprise. Reconnaissant une "maladresse" dans la formulation, la direction rectifie et s’explique sur cette décision.  

Le 17 mai dernier,  la RATP a informé par voie interne ses salariés que l’entreprise a été retenue par le ministère du Travail pour expérimenter la vaccination et qu’elle proposera à un vaccin ARN messager (Moderna). "Du 25 mai au 4 juin, selon les recommandations de la Direction Générale de la Santé, les salariés RATP éligibles pourront bénéficier de cette nouvelle étape de vaccination en entreprise et prendre rendez-vous pour l’injection d’une première dose de vaccin Moderna", indique notamment le communiqué.

Les salariés originaires des Outre-mer 

Dans cette communication, la RATP  précise la liste des publics concernés et donc prioritaires pour ce vaccin, parmi eux, "les salariés originaires des Outre-mer ». Ils s’ajoutent « aux agents de plus de 50 ans avec ou sans comorbidité, aux agents dont l’ IMC (indice de masse corporelle) est supérieur à trente, aux agents de 18 à 50 ans avec comorbidités ou vulnérables à très haut risque de Covid ou encore aux femmes enceintes à partir du deuxième trimestre".

 

Communiqué RATP

 

Les résidents des départements d'Outre-mer 

Trois jours plus tard, la RATP rectifie son communiqué. Cette fois, les personnes concernées par cette campagne de vaccination ne sont plus "les salariés originaires des Outre-mer", mais les "résidents des départements d’Outre-mer". Dans les deux cas, ce communiqué interroge : pourquoi les salariés "originaires" puis "résidents" des Outre-mer (on imagine que la totalité réside dans l’Hexagone) entrent-ils dans ce processus de vaccination prioritaire ? 

Communiqué RATP

Une maladresse

Joint au téléphone, Jean Agulhon, le directeur des ressources humaines, reconnaît "une source d’ambiguïté", "une maladresse" dans la forme et s’explique sur le fond. "Le taux de circulation du virus est très élevé dans les DOM TOM et nos collaborateurs sont amenés à voyager fréquemment vers ces territoires", indique-t-il.

La direction de la RATP appuie son argument en précisant qu’elle ne fait que respecter les directives de la Direction générale de la Santé. Mais, vérification faite sur le site du ministère de la Santé et des Solidarités, il n’est nullement fait mention des personnes "originaires" ou "résidents Outre-mer" dans la liste des personnes qui doivent se faire vacciner dans l’Hexagone.

Sans doute aurait-il été plus approprié d’indiquer dans cette communication les raisons pour lesquelles les salariés ultramarins figurent dans cette liste. D'autant que, rappelons-le, la RATP a été retenue par le ministère du Travail pour expérimenter la vaccination en entreprise.