Vendée Globe : le Guadeloupéen Damien Seguin passe le Cap Horn pour la première fois

voile
Damien Seguin Cap Horn
Le marin guadeloupéen Damien Seguin, premier skipper handisport du Vendée Globe, a franchi le mythique passage du Cap Horn dans la nuit du 3 au 4 janvier pour la première fois. ©Damien Seguin

Le skipper guadeloupéen Damien Seguin a franchi vers 3h40 du matin (heure de Paris) le mythique passage du Cap Horn. Un rêve de navigateur, devenu réalité pour le marin actuellement en lice dans le Vendée Globe. 

L'émotion de passer le légendaire Cap Horn, un "truc de fou", un rêve qui prend forme pour le skipper guadeloupéen Damien Seguin. Après 56 jours 13 heures et 20 minutes de mer dans le Vendée Globe, le marin s'est offert ce pur "shot d'adrénaline", véritable cap de la délivrance pour les marins du monde entier. "J'en reviens à peine, j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps tout à l'heure en y repensant", a-t-il confié dans une vidéo d'un peu plus d'une minute postée sur ses réseaux sociaux tôt ce matin. 

Il y a eu tellement d'efforts pour en arriver là, c'est tellement dur ! Il ne fait pas beau il fait froid mais j'y suis arrivé, c’est top. Le chemin est encore long mais ça fait un bon bout de chemin déjà de fait ! C'est cool.

 

 

Son équipe du Groupe APICIL souligne aussi l'"exploit" que représente ce passage pour Damien Seguin, premier skipper handisport à participer au Vendée Globe, "une récompense fabuleuse pour celui qui navigue sur un bateau d’ancienne génération équipé de dérives droites."

Actuellement en 4ème place de cette course, Damien Seguin bénéficie aussi d'un grand soutien sur les réseaux sociaux. "Tu fais plus qu'honneur à cette course mythique avec cette belle 4ème place", peut-on lire dans les commentaires sur les réseaux sociaux du "géant des mers". "Tu étais un champion, maintenant tu es un grand champion.

Point de passage des marins de tous temps, le Cap Horn, situé à l'extrême sud de l'Amérique du Sud est connu pour être un lieu de nombreux dangers avec des tempêtes violentes et fréquentes, le passage d'iceberg et un courant compliqué. Il s'agit du dernier grand cap à franchir dans le Vendée Globe, course en solitaire et sans escale autour du globe qui se déroule tous les quatre ans depuis 1989. 

Désormais pour Damien Seguin, il reste à remonter l'océan Atlantique Sud puis Nord afin de rallier la France où il devrait accoster aux Sables d'Olonne d'ici "quelques semaines". Le sprint final de cette course planétaire est lancé.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live