outre-mer
territoire

"La Véranda", le roman de l’écrivain guadeloupéen Dominique Lancastre traduit en créole

culture créole
Lancastre Véranda
©DR
Le premier roman de l’écrivain guadeloupéen Dominique Lancastre ("La Véranda"), publié en 2013, vient d’être traduit en créole guadeloupéen et martiniquais. L’histoire relate une enfance en Guadeloupe, bercée par les contes, la parole, les rencontres et l’imaginaire.
Malgré un métier exigeant dans une grande compagnie aérienne, Dominique Lancastre a déjà publié trois romans qui constituent des chroniques sociales de son île natale, des nouvelles, et il prépare actuellement la sortie d’un recueil de poèmes. Pour la première fois, l'une de ses œuvres, "La Véranda", son premier roman publié en 2013, a été traduit simultanément en créole guadeloupéen et martiniquais. L’ouvrage parle d’une enfance en Guadeloupe. C’est l’histoire d’un petit garçon qui s’éveille au monde, découvre l'univers des adultes au cours d’un périple initiatique, entre réel et mondes oniriques. Ce livre a rencontré un réel succès et est au programme de certains collèges de Martinique et de Guadeloupe.

"Dans la pratique, il serait plus judicieux d'écrire directement en créole mais force est de constater qu’à moins d'avoir bien étudié le créole à l'école, il n'est pas aussi facile qu'on le pense de se lancer dans un tel projet", explique Dominique Lancastre en parlant de la traduction. "Cela viendra sans doute avec l'entraînement. La traduction que j’ai faite faire par des spécialistes du créole et des professionnels qui manient chaque jour cette langue est nécessaire".
 

Mon but est de soutenir ce qu'ont fait les acteurs de la défense de la langue créole. Plus nous aurons des textes dans cette langue plus la lecture et l'intérêt viendront pour la culture créole (Dominique Lancastre)


"D'une part nous ne sommes pas dans du bricolage de la langue mais un travail très pointilleux a été réalisé pour rendre le texte au plus près de la réalité du quotidien de l'époque. J'ai moi-même parfois du mal à reconnaître certains mots car on a francisé certains termes. Une langue évolue de toute façon mais moins elle est pratiquée plus elle se trouve absorbée par la langue dominante", ajoute-t-il.

"D'autre part, 'La Véranda' en français est déjà dans certains programmes de l'Éducation nationale aux Antilles et permettre aux élèves d'avoir ce matériel en créole est un atout. C'est aussi un matériel pour le professeur de créole et même pour ceux qui se préparent au Capes du créole. Les deux ouvrages sont petits. Une étude comparative de certains passages en créole de Martinique et de Guadeloupe fera réfléchir sans doute les élèves à la manière dont ils pratiquent cette langue. Mon but est de soutenir ce qu'ont fait les acteurs de la défense de la langue créole. Plus nous aurons des textes dans cette langue plus la lecture et l'intérêt viendront pour la culture créole", conclut l'auteur.

"Anba Véranda-la", par Dominique Lancastre (traduction en créole guadeloupéen par Ena Eluther et martiniquais sous le titre "Véranda-a" par Jude Duranty) – éditions Neg Mawon, 78 pages, 10 euros.
 
Lire également 

Extrait de "La Véranda" en créole guadeloupéen

"Katrè-d-maten sonné, é kòtòk èvè gran pandil a salonla i ka fè plen dézòd chaklè, gwo manman loraj koumansé tonbé asi Lagrivèlyè. Olwen, an tann tonnè pété; mizi-an-mizi i té ka vin pi pré. Syèl-la anni fann an dé. On gran rèlféli parèt. Loraj té sòti tonbé on koté. Chanm an mwen kléré fap, é tout poto a kaz-la météyo ka tranblé; épi gwo gout lapli anniki tonbé kon bonm asi twa a tòl wouyé la, kifè sé dyab-la té oblijé arété dansé dansé a lanmò a yo la. Fouyapen two frajil tonbé atè. Ou té ka tann-yo ka konnyé vèp vèp vèp anlè kaz an tòl la, akondi Nègmawon ka hélé an plen lannuit. Men pa té ni p’on Nèg a sanblé ankò. Moun lajolé anchenné, chapé, masakré, maré ; moun lajolé rézinyé, libéré, afranchi. Lawonn-la té fèmé, dépi byen lontan. Sé fouyapen-la té ka konnyé tòl-la, èvè yo té ka woulé é payé tout fòs a yo pya! atè-la; yo té ka fè poto pouri a kaz-la frémi, la sé gyèp masonn-la té ka dòmi la, la sé vonvon-la té ka fouyé é vonvonné tout lajouné la."
 

Extrait en créole martiniquais

"Katrè d’maten sonnen, kantékant épi gran pandil salon an ki té ka fè an sel blogodo a chak lè, dé kalté gwo kout tonnè fésé kò-yo asou Lagrivèliè. Man tann tonnè-a té ka woulé o lwen épi i té ka vini anmizi-anmizi. An gwo bri fet. An piè-tonè té tonbé an tjek pa. Chanm-mwen an limen, kay-la tranblé, épi dé kalté gwo gout lapli fésé kò-yo anlè sé vié tol wouyé a. Sa fè ki zafè vié dansé sé démon-an fini épi sa net. Sé friapen-an chapé tonbé. Sa té kon dé kout tanbou pou kriyé Neg mawon gwo lannuit. Pa té rété Neg ankò pou sanblé. Moun lajol épi chenn, sa ki chapé, sa yo masakré, sa yo tjenbé. Moun lajol ki rézinié, sa ki lib, sa ki mansipé. Ni lontan sa té ja fini. Sé friyapen-an té ka tonbé anlè tol-la, té ka woulé ek té ka krazé atè a. Sa té ka fè sé pout kay la vibré. Sé ta a éti djep mason épi vonvon té fè trou ek té ka bougonnen lajounen. Ou té ké di délè kay an tol wouyé a épi tè danmé a pa té ké tjenbé anba bonbawdèman-tala. Tol-la té pé wouvè pou tiré mwen an sonmey-mwen adan gran li akajou a, pou rapé mwen an rev-la oben sé vié-rev la éti man toujou té ka rivé chapé o dènié moman. Man té ka tonbé dan an gran tou, épi flap man té ka ni zel pou man volé. Man té ka lévé épi an kout kriyé, kòmwen tranpé épi laswè. Sé té ki an rev.

Sé mango tro mi a té ka tapisé lakou-a. Yo té ka tonbé pa grap kondisiré an lanmen envizib té ka soukwé piébwa-a. Yo té ka pété atè a épi té ka mélanjé san jòn yo épi latè mouyé a. Sé kokliko-a té ka ped fey-yo ki té tro frel pou rivé rézisté épi tousa dlo. Magré sé bougenviyé-a té soufran, yo pa té ka rivé tjenbé, sé konsi nou té adan tan siklòn."

 
Publicité