VIDEO. À la 1ère page : Jenny Hippocrate

livres

À la 1ère page, le magazine littéraire dédié aux écrivains d'Outre-mer reçoit Jenny Hippocrate pour son dernier livre "Arrête de toujours accuser les pères, ma mère me viole ! " paru aux Editions Jets d'encre. Un sujet tabou : l'inceste maternel est abordé dans ce livre-témoignage choc.

Résumé du livre

En pleine promotion de son livre sur l'inceste paternel, sujet difficile souvent passé sous silence, Jenny Hippocrate intervient dans une émission radio lorsqu’elle est interpellée par un auditeur qui lui lance : "Arrête de toujours accuser les pères, ma mère me viole !"... Portée par le témoignage de Karl, jeune homme violé par sa mère depuis son enfance, Jenny continue son travail d'information et de dénonciation sur le sujet tabou de l'inceste, en particulier maternel, et explore dans cet ouvrage poignant les profondeurs et la complexité de la nature humaine. 

L'auteure : Jenny Hippocrate

Présidente de l’APIPD (Association qui lutte contre la drépanocytose), Jenny Hippocrate est une femme aux multiples facettes, poète, écrivaine, chef d’entreprise, formatrice et artiste. Ancienne assistante sociale puis psychologue et créatrice de bonheurs multiples au sein de l’association  APIPD, elle déploie depuis plus de 27 ans une énergie folle à faire sortir de l’ombre la maladie génétique la plus répandue dans le monde à savoir la drépanocytose. Elle s’implique également dans la protection de l’enfance à travers ses écrits. 

Elle a été distinguée comme Femme formidable 2010 de France par le magazine "Femme actuelle" et "Black Business Woman" d’Europe en 2005, à Londres. 

Retrouvez tous les autres invités du magazine littéraire du portail des Outre-mer : À la 1ère Page

Réalisation : Jean-Luc Benzimra
Graphisme et Animation : Joël Cimarron
Copyright France Télévisions 2021

Extrait d' "Arrête de toujours accuser les pères, ma mère me viole !"

Enième invitation à la radio pour la promotion de mon dernier livre. Une histoire d’inceste, de viol. 

Une promo pas comme les autres plutôt une dénonciation tirée d’une histoire vraie : celle d’une jeune fille violée dès son plus jeune âge par son père ; un père qui disait aimer son bébé, un père violeur et incestueux qui sous couvert de religion dévorait sa proie, la petite Antoinette…Cette émission de radio proposait un échange interactif avec les auditeurs. Ils pouvaient me poser toutes les questions qu’ils voulaient ou témoigner seulement de leur histoire, qu’ils soient victimes eux-mêmes, ou parents de victime.