outre-mer
territoire

Visite de Yannick Jadot en Guyane: "la fièvre de l’or jaune ne peut pas être la perspective de développement" [INTERVIEW]

environnement
Yannick Jadot
Yannick Jadot, député européen écologiste ©AFP / Denis PREZAT / CrowdSpark
Le député européen écologiste, Yannick Jadot se rend en Guyane à partir du 3 juin. Il va rencontre les opposants et les partisans du projet Montagne d’or et souhaite également mettre en garde contre le projet d’exploitation pétrolière de Total en Guyane. La1ère a contacté Yannick Jadot. 
La1ère. fr Quels sont les objectifs de votre visite en Guyane et pourquoi avoir choisi d’y aller maintenant ?
Yannick Jadot : Il y a aujourd’hui un débat public sur le projet Montagne d’or et je souhaite aller en Guyane pour rencontrer l’ensemble des acteurs concernés, que ce soit les citoyens, les collectifs, les associations, les élus, la chambre de commerce pour me faire une idée plus juste de la situation.

Or de question
Le collectif Or de question ©guyane 1ère

Je viens aussi pour dénoncer l’idée que la seule perspective économique et sociale que l’on offre à la Guyane soit une nouvelle fièvre de l’or jaune avec le projet Montagne d’or comme une nouvelle fièvre de l’or noir avec le forage de Total au large des côtes.

Pourquoi considérez-vous que le projet Montagne d’or est mauvais pour la Guyane ?
La Guyane est connue pour Kourou et l’incroyable défi technologique de la France en Guyane. Le reste de la Guyane est souvent ignoré et oublié en matière de développement économique et social.

Moi je ne souhaite pas que ce développement économique passe par le saccage d’une forêt qui est absolument exceptionnelle et qui joue un rôle majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique à travers la capture et la séquestration de carbone.

Montagne d'or, le site
Le site industriel de Montagne d'or en Guyane ©Jody Amiet

Ce sont des centaines et des centaines d’hectares qui vont être ravagés. Ce sont plus de 50 000 tonnes d’explosifs qui vont être utilisés. Près de 50 000 tonnes de cyanure qui vont être utilisés, des montagnes de subventions publiques pour permettre tout ça. Et à la fin des montagnes de déchets extrêmement dangereux. Ça ne peut pas être la perspective de développement que l’Etat français offre à la Guyane.

Les partisans du projet avancent un argument massue : les chiffres énormes du chômage en Guyane. Qu’est-ce que vous pouvez répondre à cela?
La Guyane est un territoire oublié de la République. C’est vrai que le revenu par habitant est deux fois inférieur à celui d’un habitant en métropole et que le niveau de chômage est deux fois plus élevé.

Cayenne
Vue d'une rue de Cayenne, en Guyane. ©Philippe Triay

Ce que je trouve profondément choquant, c’est que l'on ait laissé ce territoire à l’abandon du point de vue de son développement économique et social et que d’un seul coup, on dit : "et bien, vous allez saccager la nature pour pouvoir gagner quelques emplois".

Il va y avoir sur le projet Montagne d’or plus de 400 millions de subventions publiques. Est-ce que ces 400 millions + les engagements qui sont régulièrement  pris par l’état (pas toujours tenus) ne peuvent pas aller vers des filières responsables autour du gisement de ressources naturelles que possède la Guyane ? Que ce soit la pêche, le bois, le tourisme. Cela créerait beaucoup plus d’emplois qui valoriseraient les richesses naturelles.

Le Brésil vient de rejeter un projet pétrolier de la compagnie française Total à l’embouchure de l’Amazone. Est-ce que vous pensez que cette décision peut avoir des conséquences sur le projet pétrolier de Total en Guyane ?
Il est extraordinaire d’entendre en permanence le président de la République se considérer comme le leader mondial de la lutte contre le dérèglement climatique et de prendre une leçon des Brésiliens.

Ce forage au large des côtes de Guyane est un danger évidemment pour le climat mais c’est un danger extraordinaire pour la biodiversité. Greenpeace vient de prouver que le récif allait jusque dans les eaux guyanaises, qu’une catastrophe pétrolière anéantirait une bonne partie de la mangrove dans l’embouchure de l’Amazone.

Fonds corallien au large de l'embouchure de l'Amazone
Fonds corallien au large de l'embouchure de l'Amazone ©Greenpeace

Donc le Brésil a pris une décision responsable sur le projet de Total. On voit que Total prend plus de risques à vouloir extraire du pétrole au Brésil qu’en France. La France qui se veut le champion de la lutte contre le changement climatique ! Tout ça n’est pas sérieux. Le gouvernement ne peut pas prétendre interdire l’exploitation des hydrocarbures à partir de 2040 et laisser s’installer des forages au moment où il faut se passer du pétrole et au moment où il faut protéger, protéger encore notre biodiversité.

►Ecoutez l'interview ci-dessous : 

Yannick Jadot


Publicité