Voile : Billy Besson rêve des Jeux Olympiques de 2024

voile
Billy Besson, le retour
©DR
Non sélectionné pour Tokyo, Billy Besson (40 ans) a finalement décidé de poursuivre l'aventure vers Paris 2024 en Nacra 17 (multicoque mixte).

Vingt-huit noms, composent l’équipe de France de voile olympique pour l’année 2022. La liste a été dévoilée la semaine dernière par la Fédération française. Une liste avec quelques représentants ultramarins, mais on note surtout le retour de Billy Besson.

Aligné en Nacra 17, une catégorie où le Tahitien a été quadruple champion du monde, il quitte ses fonctions de vice-président de la FFV pour tenter de représenter la France aux Jeux de Paris 2024.

Il s'est confié à la 1ère 

L'objectif, c'est d'aller aux Jeux

 

La 1ère : Après des années à dominer la série Nacra 17 avec Marie Riou, vous repartez sur une préparation olympique, toujours en Nacra 17 avec quel objectif ?

B.B: Comme tout le monde le sait, de par mon histoire, avec les Jeux Olympiques où je n’ai pas eu de chances à Rio en 2016, par rapport à mon mal de dos (il souffrait d’une hernie discale), en fait je me dis que les Jeux Olympiques à Paris chez nous, ça pourrait être une option, et donc du coup je me suis dit qu’il fallait tenter ma chance et comme dit le dicton « qui ne tente à rien n’a rien » !

La 1ère : Quand s’est monté ce nouveau projet et quand avez-vous pris votre décision ?

B.B: Au mois de novembre, où il y eut de grosses discussions, une grosse remise en question, savoir si c’était possible, savoir si je peux le faire aussi physiquement, et donc voilà, du coup je me suis lancé et surtout je me dis qu’on a qu’une vie et qu’il faut en profiter à fond et vivre à fond ! Le projet s’est monté en décembre.

La 1ère : Vous allez faire équipe avec Noa Ancian, une jeune Calédonienne (licenciée au Catamaran C Nouméa), parlez-nous d’elle ?

B.B: Ben on s’est rencontré il y a maintenant trois ans qu’elle est sur le circuit, elle a eu plusieurs coéquipiers avant et puis elle sort de blessure, c’est surtout quelqu’un qui est très physique et qui pourra surement faire la différence je l’espère de par sa jeunesse et puis de par sa mentalité, vu que c’est une îlienne comme moi donc je me dis que peut être que deux îliens sur un bateau ça pourrait aller très très vite (rires). Elle revient de Nouvelle-Calédonie, on va monter le bateau et on file sur l’eau la semaine prochaine.  

Finir sur une médaille olympique, le rêve

 

La 1ère : Quatre titres de champion du monde, vous êtes élu marin de l’année en 2015, et toujours pas médaillé olympique, Paris 2024 c’est votre dernière chance ?

B.B: N’ayons pas peur des mots, on peut dire ça ! Écoute j’ai eu quelques titres de champion du monde, j’ai gagné un grand nombre de régates en coupe du monde donc en effet  c’est ce qui me manque, une médaille olympique. C’est vrai qu’il y a plusieurs étapes avant d’arriver à cette médaille, il faut se qualifier pour représenter la France et dans notre discipline il y a un seul représentant par nation donc il faut vraiment se battre pour y arriver et ensuite il faudra se bagarrer pour remporter la médaille olympique.

La 1ère : ça fait rêver une médaille olympique ?

B.B : Tous les gens qui se sont inscrits aux Jeux Olympiques et même d’autres qui ne sont pas inscrits, c’est vrai que l’Olympisme à toujours véhiculé une image extraordinaire, et bien sûr ça a toujours touché notre cœur de sportif, ça fait rêver tout le monde, ça fait rêver les enfants, ça fait rêver nous les sportifs, donc oui à fond, faut vivre notre rêve.

Les autres ultramarins du collectif France : Thomas Goyard (Nouvelle-Calédonie) médaillé d’argent en RS:X s’engage sur la nouvelle planche olympique l’IQFoil. Il retrouve son frère Nicolas Goyard, champion du monde 2021. Dans la même discipline mais chez les femmes, Delphine Cousin du Saint Barth YC de la ligue de Guadeloupe

A moins de 3 ans des Jeux de Paris 2024, la course contre la montre est d’ores et déjà engagée pour les équipages qui rêvent tous de se sélectionner et de représenter la France sur le plan d’eau Marseillais.

Retrouvez toute la liste ici : https://tokyo.ffvoile.fr/les-athletes-de-l-equipe-de-france-2022/

LES TEMPS FORTS DE 2022 :

Du 1er au 9 avril : World Cup Series Trofeo Princess Sofia à Palma (Espagne)

Du 23 au 30 avril : Semaine Olympique Française de Hyères (France)

Du 16 au 22 mai : Championnat d’Europe IQ Foil àTorbole (Italie)

Du 21 au 28 mai : Championnat du Monde ILCA 7 à Riviera Nayarit (Mexique)

Du 18 au 26 juin : Semaine de Keil (Allemagne)

Du 5 au 10 juillet : Championnat d’Europe de Nacra, 49er et 49er FX à Aarhus (Danemark)

Du 31 aout au 5 septembre : Championnat du monde de Nacra, 49er et 49erFX à Halifax (Canada)

Du 10 au 18 septembre : Championnat d’Europe de 470 à Cesme (Turquie)

Du 26 septembre au 2 octobre : Championnat d’Europe de KiteFoil à Nafpaktos (Grèce)

Du 10 au 17 octobre : Championnat du Monde de ILCA 6 à Qingdao (Chine)

Du 10 au 16 octobre : Championnat du Monde de KiteFoil à Cagliari (Sardaigne, Italie)

Du 15 au 21 octobre : Championnat du Monde d’IQFoil à Brest (France)

Du 22 au 29 octobre : Championnat du Monde de 470 à Stod yam (Israël)

Du 14 au 21 novembre : Championnat d’Europe d’ILCA à Hyères (France)