publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

En Nouvelle-Calédonie, l'usine Koniambo Nickel booste la production trimestrielle de Glencore

La grande usine de nickel du nord de la Nouvelle-Calédonie monte en puissance. Koniambo Nickel (KNS) offre sa plus forte croissance industrielle à Glencore. Le géant des matières premières se félicite du résultat trimestriel de KNS.

Vue de l’usine de nickel calédonienne du Nord, propriété à 49 % de Glencore. © ALAIN JEANNIN
© ALAIN JEANNIN Vue de l’usine de nickel calédonienne du Nord, propriété à 49 % de Glencore.
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le
Après Eramet et Vale qui ont publié de bons résultats au premier trimestre 2017 avec des résultats positifs pour leur branche nickel, c'est au tour de Glencore de publier les siens. Le groupe relève ses ambitions en matière de rentabilité de ses activités de négoce sur l'ensemble de l'exercice, entre 2,3 et 2,6 milliards de dollars, contre 2,2 à 2,5 précédemment. Les opérations d'extraction menées par le géant du négoce ont souffert au premier trimestre 2017 de conditions météorologiques défavorables sur plusieurs des sites exploités par le géant anglo-suisse des matières premières. 
 

Nickel global

La production de nickel a baissé de 10 % à 24.900 tonnes, sous l'effet de travaux de maintenance sur deux sites. Le rapport publié par Glencore précise que « les arrêts de production sur les sites industriels de Murrin Murrin (Australie) et Nikkelverk (Norvège) ont été en partie compensés par la montée en puissance du complexe industriel de Koniambo en Nouvelle-Calédonie ».
Géologue Kanak de la SMSP sur le massif du Koniambo ( Usine du Nord ) © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Géologue Kanak de la SMSP sur le massif du Koniambo ( Usine du Nord )


KNS en Nouvelle-Calédonie

Glencore tourne la page de ses difficultés industrielles en Nouvelle-Calédonie. La production de l’usine calédonienne du Nord est en forte hausse. 4.600 tonnes de nickel (ferronickel) sont sorties des fours de KNS au premier trimestre, ce qui représente une augmentation de 92 % de la production par rapport au dernier trimestre 2016 (2.200 tonnes). « La hausse de la production de l’usine du Nord en Nouvelle-Calédonie reflète la montée en puissance du four DC1 suite à sa reconstruction » explique Glencore.

« Nous sommes vraiment satisfaits de la montée en puissance de l’usine calédonienne du nord » précise à Zoug en Suisse, un dirigeant de Glencore interrogé par La 1ere.fr.
 

Australie et Nouvelle-Calédonie

Au premier trimestre 2017 (1T17) la production de nickel de Glencore sur ses sites norvégiens et australiens a été de 14.100 tonnes de nickel pur, en baisse de 1.800 tonnes (11 %) par rapport au dernier trimestre de 2016. Le site de Murrin Murrin a beaucoup moins produit de nickel. 6.200 tonnes sont sortis de l’usine au premier trimestre 2017, soit 3.000 tonnes de moins (33 %) que fin 2016. L’usine australienne de Glencore a été ralentie par des travaux de maintenance. En contraste, la direction de Glencore pointe positivement la montée en puissance du complexe industriel calédonien du Koniambo, dans lequel la multinationale est associée à la société minière de la Province Nord (SMSP).

Plaques de nickel pur dans un entrepôt du London Metal Exchange © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Plaques de nickel pur dans un entrepôt du London Metal Exchange

Un géant des matières premières

La production de cuivre s'est tassée de 3 % sur un an à 324.100 tonnes, en raison notamment de difficultés de traitement générées par d'importantes pluies sur le site de Mutanda, en République démocratique du Congo (RDC). Des variations dans la qualité du minerai extrait en Argentine et dans les proportions de zinc et de cuivre au Pérou ont aussi causé quelques difficultés, qui n'ont pu être que partiellement compensées par une augmentation de la production propre en Australie, détaille le traditionnel compte-rendu de production de Glencore.

La remise en marche d'un haut-fourneau au deuxième semestre de 2016 et des améliorations dans les processus de production ont fait rebondir la production de ferrochrome de 10 %, à 43.9000 tonnes. Les participations dans les hydrocarbures ont généré une production amputée de près de moitié, à 1,4 million de barils, en raison de l'épuisement des réserves déjà exploitées. Le groupe entend néanmoins relancer une campagne de forage au Tchad sur la seconde moitié de cette année.

Sur l'ensemble de l'année, l'extraction de zinc, de plomb, de nickel et de ferrochrome doivent augmenter. Glencore compte y parvenir, dans le nickel, avec la montée en puissance de l’usine calédonienne du Nord. 

Lire la publication en anglais des résultats détaillés de Glencore pour le premier trimestre 2017

Glencore résultats complets 1er trimestre 2017 (en anglais)

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis