publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Polynésie : à Raivavae, les pêcheurs sont favorables à un projet de réserve marine

  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le

Dans cette île du bout du Pacifique, dans l’archipel des Australes en Polynésie, la plupart des familles ont une pirogue et vont pêcher dans le lagon. De très rares pêcheurs vont au large et constatent une baisse de la ressource. La1ère a rencontré l’un d’entre eux Henri Teipoarii.

Henri Teiporaii, pêcheur, à Raivavae en Polynésie. © CB
© CB Henri Teiporaii, pêcheur, à Raivavae en Polynésie.
A Raivavae, dans l’archipel des Australes tout au sud de la Polynésie française, peu de pêcheurs ont investi dans un potimarara, un bâteau à moteur capable d’aller au large. Henri Teiporaii a choisi de prendre un crédit pour s’extraire du lagon. Le bâteau lui a coûté 7 millions de francs Pacifique, 60 000 euros. 
 

"Les oiseaux m'ont appris à pêcher"

Le pêcheur a du emprunter de l'argent, mais il ne regrette pas. Son père pêchait en pirogue, lui, il va dans les hauts fonds. “Ce sont les oiseaux qui m’ont appris à pêcher, explique-t-il. En les observant, je sais à quel type de poisson j’ai à faire. S’ils zigzaguent, c’est du mai-mai. S’ils volent au raz de l’eau, c’est du thon !”
© CB
© CB
 

Le poisson se fait rare

“Nous ne sommes que deux en ce moment à aller dans les hauts fonds, constate Henri Teiporaii. C’est dommage car les cantines ou les pensions nous achètent tous nos thons. Il manque de poisson frais pêché au large”. Il y aurait donc de la place pour d’autres pêcheurs locaux motivés.

Toutefois, le pêcheur de Raivavae note que depuis qu’il a commencé métier en 2003, le poisson se fait quand même plus rare. Il faut parfois attendre bien longtemps comme ce mercredi pour enfin capturer des thons. Parti à 7 heures, la pêche n’a été concluante qu’à 10h30. Regardez ci-dessous le reportage de La1ère :
Polynésie : à Raivavae, les pêcheurs sont favorables à un projet de réserve marine
 

Les thoniers de Tahiti

“C’est la faute des thoniers”, déclare Henri Teiporaii à la 1ère.fr. Il est vrai que des thoniers de Tahiti viennent de temps en temps pêcher dans les eaux de l’archipel des Australes. Et quand ils sont passés, difficile de faire une pêche concluante.
 
L'impact des thoniers de Tahiti est réel quand ils passent de manière ponctuelle, mais les pêcheurs des Australes subissent surtout l’activité industrielle de la pêche qui vide tous les océans du monde, le Pacifique ne faisant pas exception.
© CB
© CB


Réserve marine

Henri Teipoarii est donc favorable comme beaucoup d’habitants des îles au projet de réserve marine des Australes (Rahui nui no Tuha’apa’e) qui interdirait  la pêche entre 20 et 200 milles marins (37 et 370 km) au large des îles australes.
© CB
© CB


Partagez :

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play