publicité

[Témoignage] Une jeune militaire guadeloupéenne porte plainte pour harcèlement moral et sexuel

Morgane Blanchet, une jeune militaire de 19 ans, a décidé de porter plainte pour harcèlement moral et sexuel contre le 54e régiment de transmissions du camp militaire d'Oberhoffen en Alsace. Son témoignage agite les réseaux sociaux. 

© La1er - MB
© La1er - MB
  • Par Pierre Lacombe
  • Publié le , mis à jour le
Depuis sa plus tendre enfance, Morgane Blanchet n'avait qu'un rêve, celui de servir son pays et de d'embrasser une carrière de militaire. Mais ce rêve n'a pas tardé à se transformer en cauchemar.

"Oh là là, tu m'excites"

© La1ère
Engagée à 17 ans, le 3 mai 2016, elle effectue ses classes sur la base militaire de Bitche en Moselle et découvre une réalité qu'elle ne soupçonnait pas. "Des gradés sous l'emprise de l'alcool, de drogues, qui fumaient des joints devant nous et qui nous en proposaient, qui m'ont frappé quand j'ai décidé de tout dévoiler...", témoigne la jeune femme qui ajoute, "une nuit, un gradé est venu me réveiller en me tirant par le bras, il m'a conduit vers le lac de Bitche et m'a reluquée alors que j'étais en slip en disant "Oh là là tu m'excites"". Durant toute la durée des classes, "ce gradé n'aura de cesse de faire des connotations sexuelles à son égard, malgré la mise en garde des autres gradés" affirme t-elle.  

Tentative de suicide 

Très affectée, Morgane Blanchet choisit le silence pour ne pas compromettre son avenir dans l'armée mais son état de santé décline. Elle fait une dépression et plus tard une tentative de suicide en essayant de se tailler les veines. Son médecin traitant lui prescrit un arrêt de travail, elle consulte régulièrement la psychologue militaire et se rapproche de sa hiérarchie pour dénoncer ces agissements. "Plusieurs personnes ont été entendues et des jours d'arrêt auraient été prononcés contre le gradé auteur des remarques et comportements déplacés durant la période de classe", indique t-elle.
 
Quelques mois après, en janvier 2017, Morgane Blanchet est de retour au régiment. Cette fois, c'est un autre gradé qui est accusé par la jeune femme de proférer des menances à son encontre. "Il ne cesse d'arguer auprès de nombreux militaires que si je raconte ce qui s'est passé à Bitche il se ferait un plaisir de me casser la figure". 

L'armée dénonce son contrat 

Morgane Blanchet se brise le genou lors d'un exercice militaire © La1ère
© La1ère Morgane Blanchet se brise le genou lors d'un exercice militaire
Morgane Blanchet reprend peu à peu le dessus et retrouve sa motivation jusqu'au mois d'avril dernier. Lors d'un exercice militaire, elle se brise le genou. Arrrêtée jusqu'au 10 mai, l'armée décide alors de dénoncer son contrat le 1er mai pour "insuffisance de ses résultats dans sa formation initiale, alors qu'elle avait bénéficié d'un renouvellement de sa période pour lui donner la possibilité de s'adapter et d'atteindre le niveau requis." 

© MB
Choquée, Morgane est convaincue que cette rupture de contrat est abusive et accuse l'armée de ne pas avoir respecté son arrêt de travail. "Le médecin militaire m'a avoué avoir reçu une pression hiérarchique pour me remettre en activité pour ensuite pouvoir me licencier." Le 8 juin dernier, dâte où nous avons rencontré Morgane Blanchet, elle portait une attelle (photo ci-dessus), elle marchait difficilement et était dans l'attente d'une dâte pour une opération chirurgicale. 

Plus de 3000 partages sur sa page facebook 

© Capture d'écran page facebook Morgane Blanchet
© Capture d'écran page facebook Morgane Blanchet
N'ayant plus rien à perdre, Morgane Blanchet a décidé de porter plaine et de prendre un avocat. "Ce qu'elle m'a raconté me semble suffisamment cohérent au regard de la sanction qui a été prise à son endroit qui est dénuée de tout motif légitime. Aujourd'hui, la procédure judiciaire est la seule légitime qui nous permette d'avancer et de voir si de tels faits ont été commis", indique son avocat Maître Renaud Bettcher qui a décidé d'adresser un courrier au procureur de la République pour s'assurer du bon déroulement de l'enquête préliminaire. 

L'armée affirme ignorer la nature exacte des faits reprochés 

Contactée à plusieurs reprises, l'armée indique que "le soldat Blanchet avait eu du mal à se situer dans son nouvel environnement et avait rencontré quelques difficultés relationnelles avec son entourage lors de sa formation initiale...Le commandement et toutes les forces concourantes du régiment se sont pleinement mobilisés pour permettre à ce soldat de s'intégrer dans les meilleures conditions possibles." 

S'agissant de la plainte déposée par Morgane Blanchet pour harcèlement moral et sexuel, l'armée affirme que "le commandement a été informé le 4 mai 2017 et ignore la nature exacte des faits reprochés. Il se tient à la disposition de l'autorité judiciaire pour produire les éléments qui pourraient-être demandés si une enquête judiciaire est ouverte... L'autorité militaire prendra les mesures qui s'imposent si l'enquête démontre que Madame Blanchet a été victime de harcèlement moral." 

Aujourd'hui, Morgane Blanchet n'a plus de logement, plus d'argent mais de nombreux soutiens. Au sein même du 54ème régiment de transmissions, certains prennent régulièrement de ses nouvelles. D'autres l'hébergent chez eux. Une solidarité discrète, de peur de compromettre, eux-aussi, leur avenir militaire. 


ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play