Appels vers Mayotte : Fleur Pellerin interpellée

télécoms
Fleur Pellerin
Fleur Pellerin ©BERTRAND GUAY / AFP
Le sénateur de Mayotte Thani Mohamed Soihili a publié une question écrite au Journal officiel du sénat concernant B& You, l’opérateur ayant exclut Mayotte de son offre mobile.

Jusqu’à présent appeler un mobile dans les DOM depuis son portable, c’était s’exposer à des factures de portable potentiellement exorbitantes. Le coût de la téléphonie mobile vers l’Outre-mer est un sujet sensible, débattu depuis plusieurs années entre opérateurs et politiques. Depuis l’arrivée de Free mobile sur le marché, la donne a changé. Non seulement les prix des forfaits ont baissé, avec des offres illimitées pour moins de 20 €. Mais surtout, depuis ce mois de janvier, les opérateurs Numéricable et Free mobile permettent à leurs abonnés d’appeler les DOM depuis leur portable sans surtaxe. Les appels vers la Martinique, la Guyane, la Réunion, la Guadeloupe ou Mayotte sont donc compris dans le forfait. B&You a également opté pour ce choix, à une différence près : Mayotte, pourtant département d’Outre-mer depuis 2011 n’est pas incluse dans les destinations "DOM" .

Une différence de traitement qui a ému le sénateur Thani Mohamed Soihili. " Cette exclusion ne se justifie pas et donne le sentiment que l’île de Mayotte n’est pas considérée par cet opérateur de téléphonie mobile comme un département à part entière", écrit-il dans le Journal officiel. Le sénateur " demande au Gouvernement d’engager des discussions avec cette entreprise afin de remédier à cette inégalité" et " demande également si les pays et territoires d’outre-mer qui, bien que très éloignés de l’Hexagone, n’en restent pas moins français, pourront également être, à terme, concernés par une telle mesure", est-il rapporté. Thani Mohamed Soihili réclame donc des discussions entre le gouvernement et l’opérateur à ce sujet.
Fleur Pellerin, la ministre de l’innovation et de l’économie numérique, interpellée par cette question écrite devrait répondre à cette requête dans un délai d’un mois, comme le stipule le règlement du Sénat