Interview. Teddy Riner : "Pourvu que ça dure !"

sport
Teddy Riner au Tournoi de Paris (février 2013)
Teddy Riner (à droite) lors du Tournoi de Paris le 10 février 2013 ©© AFP/Jacques Demarthon
Le champion olympique et quintuple champion du monde, Teddy Riner, a fait un retour gagnant dimanche au Tournoi de Paris (+100 kg), six mois après sa victoire aux JO. 
Quel est votre sentiment après cette 6e victoire à Paris ?
Teddy Riner : 
Je ne suis pas à 100% de mes capacités mais aujourd’hui ça a suffi pour aller chercher la médaille. Il fallait quand même se mettre dans le dur, c’était pas du randori (combat d’entraînement) aujourd’hui, c’était quand même du combat. J’ai pu voir que certains adversaires avaient évolué, un peu amplifié leur gamme et leur palette technique. Voilà, j’ai vu. C’est un peu dommage parce que je mets ushimata (mouvement de jambes, ndlr) en finale et je marque ippon mais du coup je viens d’abattre une carte. Il va falloir trouver autre chose ! La saison est bien partie. Pourvu que ça dure. Maintenant on va surtout bosser sur ce qui pourra faire la différence dans les grands championnats.

Le regard de vos adversaires a-t-il changé depuis les Jeux ?
J’espère qu’il a changé et qu’il va continuer à changer. Je ne sais pas si je leur fais peur. Quand je vois les combats, ils me rentrent quand même dedans. Quoiqu’il arrive, il faut être plus agressif que l’autre, plus offensif. C’est ce qui fait la différence. Je ne peux pas dire que je me suis senti en danger parce que j’ai fait ce qu’il fallait, avec les mains et sur les attaques. Mon point fort c’est quand même le kumikata (prise de garde) et je n’ai pas laissé mes adversaires poser leurs mains. Ce qui fera la différence à l’avenir, ce sont les grosses attaques.

Sacrée aux Jeux comme vous, Lucie Décosse a été en difficulté. Que lui avez-vous dit ?
Je lui ai dit que ce qu’elle avait fait aujourd’hui (3e en -70 kg, ndlr) était bien et que même si elle n’était pas au top de sa forme, le passé parle pour elle. On n’a pas le même âge (23 contre 31). Lucie est un peu sur la phase descendante. Et malgré cela, elle a encore du grand judo.