Hommage de Lurel à Chavez : le gouvernement refuse la polémique avec l'opposition

politique
Assemblée nationale
L'hémicycle de l'Assemblée nationale (image d'archives) ©AFP/Joël Saget
Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a refusé tout à l’heure à l’Assemblée nationale la polémique avec l'opposition, après l'hommage controversé rendu au président vénézuélien Hugo Chavez par le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel. 
Interrogé après les obsèques d'Hugo Chavez à Caracas, M. Lurel, qui y représentait la France, avait confié son émotion à la presse, contesté le qualificatif de "dictateur" pour désigner l'ex-président vénézuélien, et déclaré : "Toute chose égale par ailleurs, Chavez c'est de Gaulle plus Léon Blum. De Gaulle parce qu'il a changé fondamentalement les institutions et puis Léon Blum, c'est-à-dire le Front populaire, parce qu'il lutte contre les injustices".
           
Le député UMP Pierre Lellouche a demandé des explications au gouvernement sur cette déclaration dont il a estimé qu'elle avait "choqué un grand nombre de nos concitoyens", lors de la séance des questions à l'Assemblée, mardi après-midi.
           
"Le président vénézuélien Hugo Chavez était une personnalité, chacun le soulignait, exceptionnelle, qui ne laissait personne indifférent. Elu trois fois de suite au suffrage universel, il aura marqué de son empreinte, quels que soient les jugements portés à son endroit, le peuple de son pays et l'Amérique du Sud", a répondu Laurent Fabius.
           
"Les controverses qui ont parsemé la vie de M. Chavez, certains veulent les continuer après sa mort. Tel n'est pas le souhait du gouvernement français qui tient à la fois à rendre hommage à celui qui s'en va et à dire, comme l'a fait le président de la République, à l'intention du peuple vénézuélien, que nous souhaitons qu'il surmonte cette épreuve dans la démocratie et l'apaisement", a-t-il ajouté.