Plus de 20 morts dans le naufrage de migrants en partance pour Mayotte

société
Kwassa kwassa aux environs de Mayotte
Un kwassa kwassa aux environs de Mayotte (images d'archives) ©AFP
On compte plus de 20 victimes après le naufrage d'une embarcation de migrants cherchant à rejoindre clandestinement Mayotte au départ de l'île voisine comorienne d'Anjouan, selon des sources française et comorienne.
Le naufrage s'est produit dans la nuit de dimanche à lundi large de Mtsamboro, au nord du département français. Dans un premier temps, les autorités françaises pensaient que l'embarcation avait chaviré mardi matin, ce qui explique que "les recherches effectuées par l'hélicoptère de la brigade maritime de la gendarmerie n'ont trouvé aucune trace de ce naufrage dans les eaux mahoraises", a indiqué mardi après-midi la préfecture de Mayotte. 

Néanmoins, "nous étions informés d'un départ d'Anjouan vers Mayotte, d'une embarcation avec une trentaine de passagers à bord", a indiqué le service de communication de la préfecture de Mayotte. 

Selon l'Office de radio et télévision des Comores (ORTC), contacté par l'AFP, une embarcation a effectivement fait naufrage quelques heures après avoir quitté Mrémani, la pointe sud d'Anjouan. L'accident s'est produit dans la nuit de dimanche à lundi à l'approche de Mtsamboro, la pointe nord de Mayotte, visible depuis cette partie d'Anjouan, l'île comorienne étant distante de 70 km environ. Il y a eu six rescapés parmi la trentaine de passagers.
 
Secourus par des pêcheurs, les survivants qui ont rejoint Anjouan, ont expliqué que "la barque a connu une avarie, la coque s'est déchirée et a pris l'eau avant de sombrer", selon l'ORTC.

Ce naufrage intervient après une série d'interceptions ce week-end de "kwassa-kwassas" par la brigade maritime française. Neuf de ces embarcations de fortune en provenance d'Anjouan ont été arraisonnées, leurs 200 passagers interpellés et immédiatement expulsés.