Mariage homosexuel : l’Outre-mer appelé à manifester contre le projet de loi

société
Manif anti mariage pour tous Guadeloupe
Ils ne lâchent pas l’affaire. Le 23 mars, un jour avant le défilé hexagonal du 24 mars contre le mariage homosexuel à Paris, de nombreux Ultramarins sont appelés à manifester dans leurs collectivités respectives. 
« Même si la loi est passée devant l’Assemblée, c’est au Sénat que tout se décidera à partir du 4 avril. Plus que jamais, il nous faut être présent pour manifester notre détermination contre la loi Taubira ! » annonce le site Internet du mouvement La Manif pour tous, résolument engagé depuis le début contre le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe.
 
« Nous défendons les fondements de la civilisation : la filiation au travers du mariage entre un homme et une femme, et la démocratie à travers la liberté et la souveraineté du peuple ! Il ne s’agit plus seulement de faire entendre notre indignation, mais de libérer la France de la pensée unique que veut nous imposer un gouvernement qui ne sait pas régler les problèmes économiques du pays », précise l’appel de La Manif pour tous.
 
Un appel qui a trouvé un écho en Outre-mer, dont les ressortissants sont dans leur majorité contre le mariage homosexuel. A la pointe du combat, si l’on peut dire, les départements français des Amériques, Guadeloupe, Guyane et Martinique, avec leurs sites Web, leurs comptes Facebook et Twitter.



Sur le site lamanifpourtous971 (Guadeloupe), on apprend que le sénateur Jean-Pierre Michel (rapporteur de la loi pour le Sénat, ndlr), qui a refusé d’auditionner des représentants du mouvement, par ailleurs « rend hommage au dictateur Staline » (sic). « Nou sé toute ti moun a an papa é a an maman » affirme le site en appelant à la manif en Guadeloupe.
 
En Guyane, manif973 précise : « Les députés ont certes voté, mais le vote des Sénateurs a été reporté au 4 avril. Oui, nous pouvons encore faire reculer le Gouvernement. Mobilisons-nous pour la défense du mariage entre homme et femme, pour la défense des familles, pour la défense des droits des enfants à être élevés ou adoptés par des parents des deux sexes. Refusons les mères porteuses, les dérives de la procréation médicalement assistée pour des binômes homosexuels. »
Et le site d’inciter à interpeller son maire et ses représentants à l’Assemblée nationale et au Sénat en donnant des conseils de rédaction et en proposant une lettre type.
 
Sur lamanifpourtous972 de la Martinique, le député Nestor Azérot et le maire du Vauclin Raymond Occolier tiennent le haut du pavé, dans deux vidéos spécialement enregistrées dans l’optique du 23 mars. « Cette loi ne correspond pas du tout aux attentes des Martiniquaises et des Martiniquais » déclare Nestor Azérot. « Les personnes qui m’ont porté aux responsabilités législatives sont contre ce projet de loi qu’ils estiment ne pas correspondre aux valeurs de la famille et aux repères qu’ils ont des valeurs familiales ».
 
C’est un ton solennel que prend quant à lui Raymond Occolier pour fustiger « le mensonge fondamental » que recouvre selon lui l’expression « mariage pour tous ». « Il s’agit d’un projet réservé à quelques uns que l’on veut imposer à tous ». « Chez nous à la Martinique, nous sommes fondamentalement opposés à ce projet de loi. Il y a un piège derrière tout cela. A partir du moment où l’on aurait reconnu aux homosexuels et aux lesbiennes le droit de se marier, comment pourrez-vous demain leur interdire d’avoir accès librement à la gestation pour autrui et la procréation médicalement assistée ? » s’interroge Occolier.
 
Outre la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, les branches de La Manif pour tous à la Réunion et en Nouvelle-Calédonie (lamanifnoumea) organiseront elles aussi des rassemblements le 23 mars.