Gaston Flosse veut porter plainte contre le journal Le Monde

faits divers
Jean-Pascal Couraud dit JPK
Jean-Pascal Couraud dit JPK ©Famille Couraud / AFP
L'ancien président de Polynésie Gaston Flosse a annoncé dans un communiqué vouloir porter plainte contre le journal le Monde. Il reproche au quotidien un article faisant état de sa possible implication dans la disparition de Jean-Pascal Couraud, dit JPK.
"Le Tahoeraa Huiraatira tient à informer que toute action ou commentaire amalgamant l'affaire de la disparition de Jean-Pascal Couraud dit JPK avec Gaston Flosse fera systématiquement l'objet d'une procédure pénale. D'ores et déjà, une plainte sera déposée devant le juge d'instruction contre le journal Le Monde qui a fait cet amalgame", écrit le parti politique du sénateur dans un communiqué publié le 19 mars.
 
 
Le fameux article qui a déclenché l'ire de Gaston Fosse a été rédigé par deux journalistes, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, également auteurs de 'L'homme qui voulut être roi", un livre d'enquête sur Gaston Flosse.
Dans un article publié le 14 mars, les journalistes reviennent sur l'enquête autour de la disparition de Jean-Pascal Couraud, dit JPK. Farouche opposant à Gaston Flosse, cet ancien journaliste devenu homme politique, a disparu à Tahiti dans la nuit du 15 au 16 décembre 1997. L'enquête est en cours depuis maintenant plus de quinze ans. Si la thèse du suicide a un temps été privilégiée, l'hypothèse d'un meurtre ou un assassinat semble devenir une piste de plus en plus crédible. En l'occurrence, des membres du service d'ordre de Gaston Flosse sont soupçonné par les proches de la victime d'avoir emmené JPK à bord d'une barque et de l'avoir lesté dans l'océan.
 

"C'est son droit le plus strict de déposer plainte"

" Me Bourdon [avocat de la famille de JPK] a estimé qu'(…) un autre chapitre va s'ouvrir, celui des responsables intellectuels, soit les donneurs d'ordres". M. Flosse a toujours nié avoir joué le moindre rôle dans la disparition de JPK. Mais la justice a pu établir qu'il avait, quand il présidait la Polynésie, demandé à ses sbires de mettre sous surveillance l'ex-journaliste", écrivent-ils notamment.

"Le sénateur Gaston Flosse ne fait que rappeler qu'aucun élément ne permet de l'impliquer de près ou de loin dans cette affaire", répond le Tahoeraa dans le communiqué.
La plainte de l'ancien homme fort de Polynésie  n'inquiète nullement les journalistes, comme ils l'ont déclaré au micro d'Outre-mer 1ère radio pour l'émission Paris-sur-mer (l'émission sera en ligne à partir de ce week-end). "C'est son droit le plus strict de déposer plainte s'il en a envie, nous ça nous pose absolument aucun souci. (…) On a des arguments pour se défendre. Mais sur le fond, dire que Gaston Flosse ou son entourage n'est absolument pas cité ou mêlé à l'enquête judiciaire, c'est l'inverse de la vérité, c'est totalement faux" a déclaré Fabrice Lhomme.

Lire l'article du Monde : L'enquête sur la mort d'un opposant à Gaston Flosse relancée