outre-mer
territoire

Lutte contre les discriminations: Les membres du gouvernement notés sévèrement

politique
ministres gouvernement ayrault
Les ministres du gouvernement Ayrault ©AFP
République et diversité a publié son classement des ministères en matière de lutte contre les discriminations. Le Ministère de la jeunesse et des sports est le mieux noté, alors que le ministère des Outre-mer apparait en queue de classement.
Quel ministère agit le mieux en matière de lutte contre les discriminations? Qui répond au mieux aux propositions réunies dans le Pacte pour l'égalité et la diversité publié il y a un an? Ce recueil de préconisation, édité par le Planning familial, l'Association des paralysés de France, le Cran (Conseil représentatif des associations noires) et le comité Idaho qui lutte contre l'homophobie) avait été remis aux différents membres du gouvernement.
 
Ce 29 avril, le bilan des évaluations de chaque ministère en matière de lutte contre les discriminations a été publié.
Un jury composé, entre autres, de la militante et éditorialiste Rokhaya Diallo, de Louis-George Tin, président du Cran, du syndicaliste  Eli Domota, du gymnaste Grégory Alcan ou encore de la présidente de Citizen Capital Laurence Méhaignerie a précédé aux évaluations. Chacun a été noté en fonction de la mise en œuvre, ou non des mesures préconisées.
 
 

 
Le ministère de la jeunesse et des Sports en tête de classement

Valérie Fourneyron, ministre des Sports obtient les meilleures notes, avec une moyenne de 13/20. Le jury lui sait gré d'avoir effectué un recensement des dérives racistes et discriminatoires dans le sport, et de soutenir financièrement la Licra et SOS Racisme.
"Aucune association de gens du voyage n'est soutenue par le ministère", note néanmoins le jury qui regrette également l'absence d'action spécifique "pour lutter contre les cas récurrent de racisme dans plusieurs disciplines sportives".
 
Dans le trio de tête, on retrouve en deuxième position François Lamy, ministre de la politique de la ville qui écope d'un 12/20 assortie d'une annotation encourageante: "de la bonne volonté", écrivent les associations. Le ministre se place juste devant Cécile Duflot qui avec une moyenne de 11/20 place le ministère du logement sur la troisième marche du podium.
 
 

Le bonnet d'âne pour Manuel Valls

Parmi les mauvais élèves, c'est sans équivoque Manuel Valls qui se voit remettre le bonnet d'âne. Le ministre de l'Intérieur s'est vu attribuer la note de -10/20. Une note négative que le jury justifie par l'hostilité de Valls aux récépissés pour lutter contre les contrôles au faciès. Et concernant le sort des gens du voyages, "Manuel Valls semble mettre ses pas dans ceux de Sarkozy", souligne le jury qui regrette également  ses "positions fâcheuses, voire agressives" sur l'islam.
 

 Lurel dans le trio de queue

Sur les quinze ministères notés, la Garde des Sceaux Christiane Taubira s'en tire honorablement en arrivant 6e ex-aequo malgré  une note de 4/20. En revanche,  le ministère des Outre-mer apparaît dans le trio de queue. Victorin Lurel obtient lui aussi une note négative  avec un -4/20 qui le positionne 13e.
"Les ultramarins, ultra négligés", note le jury qui reproche au ministère de "ne pas jouer son rôle " auprès des populations d'Outre-mer "particulièrement touchées par la pauvreté, le chômage et l'exclusion". Parmi les reproches des associations: l'absence de concrétisation d'engagements pris à l'issue des crises dans les DOM de 2009, l'absence de mesures d'aides concrètes pour aider les jeunes d'Outre-mer qui souhaitent étudier dans l'Hexagone, et le mépris de Victorin Lurel envers le Comité pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.
Maigre consolation, le ministre des Outre-mer devance le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui, pour sa part,  a écopé d'un -6/20.
Publicité