La Polynésie sur la liste des territoires à décoloniser: une victoire pour Temaru

politique
Oscar Temaru
Oscar Temaru ©GREGORY BOISSY / AFP
Battu sévèrement lors des territoriales du 5 mai, Oscar Temaru peut néamoins sortir la tête haute en obtenant  à la dernière minute de l'ONU la réinscription de la Polynésie sur la liste des territoires non autonomes à décoloniser. 
Il a perdu dans les urnes mais gagne son combat idéologique. Après des mois de lobbying pour l'inscription de la Polynésie sur la liste des territoires non autonomes à décoloniser, Oscar Temaru a eu gain de cause. L'Organisation des nations unies vient d'adopter par consensus une résolution plaçant le Fenua sur la fameuse liste.
C'est déjà ça pour Temaru à qui les détracteurs reprochaient d'avoir négligé la gestion du Pays pour se concentrer uniquement sur la question onusienne.
 
 

A la dernière minute

Il était moins une. Le président indépendantiste qui portait ce projet depuis de nombreux mois ne va pas tarder à quitter sa fonction. Sévèrement battue lors des élections territoriales par Gaston Flosse, sa liste n'a obtenu que 29% des voix, contre 45% pour l'autonomiste.
 
Ce jeudi, c'est le dauphin, et gendre, de Flosse Edouard Fritch qui a été élu à la tête de l'Assemblée. Et nul doute que l'élection du nouveau président de la Polynésie, par les membres de cette assemblée, verra Gaston Flosse, opposé à toute idée d'indépendance, renaître de ces cendres et s'imposer.
L'heure pressait donc pour Temaru qui devait voir la résolution examinée avant que Flosse ne soit président… C'est-à-dire avant ce vendredi soir. Flosse doit effectivement  être élu dans quelques heures, même si la décision de l'ONU risque de lui gâcher un peu la fête.
 
 

Face a des stratégies d'obstruction

C'est d'ailleurs ce même Gaston Flosse qui a tenté de retarder au maximum l'examen de la résolution L.56 en écrivant notamment au président de l'Assemblée générale de l'ONU en ce sens. Quelques semaines plus tôt, Temaru dénonçait la stratégie d'obstruction de la France et l'accusait de "mettre en place une starégie de renvoie aux calendes grecques". François Hollande n'a, en effet, jamais caché son opposition à l'indépendance de la Polynésie.
 
 

17 pays sur la liste

Le Fenua rejoint donc la Nouvelle-Calédonie dans une liste comprenant désormais 17 territoires. Beaucoup sont américians, comme les Samoa ou les îles Vierges ou britanniques, comme les îles Malouines, les îles Caïmans ou encore Montserrat.
 
L'inscription de la  Polynésie n'est pas une fin en soi mais ouvre la voie à un référendum lors duquel les Polyénsiens pourront se choisir un statut de pays indépendant, d'état associé ou de département.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live