publicité

Le judoka guadeloupéen Loïc Korval sera finalement jugé le 18 juin après une course-poursuite avec la police en région parisienne

Loïc Korval a été interpellé après une course-poursuite avec les policiers dans la nuit de jeudi à vendredi dernier dans le Val-de-Marne. Il a notamment renversé un motard de la police. Médaillé de bronze aux mondiaux 2010, il sera jugé le 18 juin.

Loïc Kerval, médaillé de bronze en 2010, à Tokyo, au Japon © KAZUHIRO NOGI / AFP
© KAZUHIRO NOGI / AFP Loïc Kerval, médaillé de bronze en 2010, à Tokyo, au Japon
  • Par David Ponchelet
  • Publié le , mis à jour le
Le judoka Loïc Korval, médaillé de bronze aux Mondiaux-2010, a terminé la soirée d'anniversaire de ses 25 ans derrière les barreaux. Il est environ deux heures du matin dans la nuit de jeudi à vendredi, lorsque deux motards en patrouille sur le périphérique repèrent une puissante voiture qui roule à vive allure. La course-poursuite débute à hauteur de la porte de Vincennes. 
 

Tentative de fuite

Au volant d'une BMW, Loïc Korval essaye de prendre la fuite en direction de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne). Les deux motards tentent alors une manoeuvre pour intercepter le véhicule. C'est à ce moment qu'un des deux policiers est projeté au sol. Il ne sera que légèrement blessé.    
 

Korval abandonne la voiture et ses passagers

Le deuxième policier fait alors feu à deux reprises en direction de la berline qui finit par s'arrêter quelques centaines de mètres plus loin. Abandonnant un couple d'amis dans la voiture, Loïc Korval, prend alors la fuite à pied. Il est finalement arrêté par des policiers du commissariat de Nogent. Placé en garde à vue, le judoka, déjà auteur de multiples infractions au code de la route et dont le permis était annulé, a été déféré vendredi soir au tribunal de Créteil. 
 

Remis en liberté sous contrôle judiciaire  

Il est poursuivi pour refus d'obtempérer aggravé par mise en danger de la vie d'autrui, violences volontaires aggravées avec arme par destination à l'encontre d'une personne dépositaire de l'ordre public ayant causé une incapacité temporaire de travail (ITT) inférieure à huit jours et conduite malgré une invalidation du permis de conduire.  Présenté samedi à un juge d'instruction, il a finalement été remis en liberté mais placé sous contrôle judiciaire.  Il sera jugé le 18 juin au tribunal de Créteil. 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play