Une étude de l'INSERM fait le point sur les dangers des pesticides pour la santé

santé
Traitement banane R.Dominicaine
©blogue.ekimondo.com
Les produits phytosanitaires, comme le chlordécone, ont des effets encore méconnus sur la santé. C'est pourquoi l'Inserm a mené cette expertise collective afin de faire la synthèse des connaissances actuelles au niveau international. Et l'ensemble n'est guère rassurant. 
Si elle n'apporte aucune réelle avancée scientifique, l'expertise collective de l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) a le grand mérite de réaliser la synthèse de l'ensemble des études menées sur les pesticides depuis les années 80. En 146 pages, l'expertise dresse, sans surprise, un bilan alarmant. Les produits phytosanitaires provoquent des cancers et des troubles neurologiques.

Données internationales

Les études passées au crible viennent du monde entier: France, Etats-Unis, Canada, Australie, Danemark, etc et tendent à démontrer que lorsque les populations sont exposées aux pesticides, cela conduit à "des augmentations de risques significatives pour plusieurs pathologies". Si les agriculteurs sont naturellement les plus concernés par l'exposition aux pesticides, certains produits phytosanitaires sont extrêmement répandus. Ainsi, selon la synthèse de l'Inserm, en Guadeloupe, la population est très largement imprégnée par le Chlordécone. Une étude montre que 90% des échantillons prélevés chez des hommes adultes mettent en évidence la présence de Chlordécone.


Retrait du marché

Bien qu'officiellement interdit et retiré du marché depuis 1993, le chlordécone reste donc largement présent aux Antilles, car il a durablement contaminé les sols et les eaux. Cité par le Journal Le Monde, le député socialiste Gérard Bapt, qui s'intéresse de près aux dangers sanitaires liés aux pesticides, s'interroge: "Ce travail de l'Inserm montre l'ampleur du problème en matière de santé publique. La question est de savoir si, comme dans le cas du chlordécone aux Antilles, nous n'avons pas dépassé le point de non-retour". 

Lire la synthèse et les recommandations de cette Expertise collective de l'Inserm (146 pages):

Etude INSERM pesticides