outre-mer
territoire

Mayotte peut désormais trier ses emballages ménagers

environnement
Mayotte décharge
La décharge de Petite-terre, à Mayotte ©Sophie Lautier/AFP
Les habitants de Mayotte peuvent désormais trier leurs emballages en plastique, acier, aluminium et verre avec le déploiement par l'éco-organisme Eco-Emballages du "premier dispositif de collecte sélective des emballages ménagers" dans le 101e département français.

Quelque 54 "îlots" de collecte, a minima un dans chacune des 17 communes de Mayotte, ont été installés avec pour chacun 3 "colonnes", l'une pour les bouteilles et flacons en plastique, une autre pour l'acier et l'aluminium et une dernière pour le verre, a indiqué lundi Eco-Emballages.

L'objectif est de collecter environ 300 tonnes de déchets d'emballages lors de la première année et 1.000 tonnes d'ici 5 ans, explique l'éco-organisme chargé de financer la collecte sélective des emballages en France. Et ainsi de réduire le volume de déchets que les habitants jettent aujourd'hui en décharge, actuellement 35 kg par an et par habitant.

Recyclage hors de Mayotte

Dans un premier temps, faute d'installation adéquate sur place, les emballages seront recyclés hors de Mayotte. "Toutefois, des solutions techniques et économiques, inspirées de certains DOM, sont à l'étude pour assurer une valorisation locale des emballages, ce qui à terme contribuera à la création d'une industrie locale du recyclage", indique Eco-Emballages. Dans son fonctionnement habituel, l'éco-organisme est chargé de collecter les redevances des entreprises à l'origine des emballages et de les reverser aux collectivités locales, chargées de la mise en oeuvre effective de la collecte sur le terrain. Dans les départements et collectivités d'outre-mer qui en font la demande, il peut toutefois prendre directement en charge la gestion des déchets d'emballages ménagers, explique-t-il.

Maore ya na tiri

A ce jour, le budget investi par Eco-Emballages à Mayotte est de l'ordre de 1 million d'euros par an, dont près de 80% sont "liés à des prestations réalisées par des entreprises mahoraises". Ce déploiement d'une filière de collecte s'accompagne d'une campagne de sensibilisation sous le slogan "Maore ya na tiri" ("Mayotte est avec le tri"). Le mot "tri" n'existant pas dans la langue mahoraise, Eco-Emballages précise avoir dû faire appel aux lumières d'un linguiste de la Direction des Langues Régionales de Mayotte pour trouver un néologisme à consonance mahoraise.
 

 

Publicité