Décret Lurel sur les carburants : une réunion très attendue ce mercredi au ministère des Outre-mer

politique
essence
©radio-canada.ca
Pour tenter d'apaiser les tensions avec le secteur pétrolier, qui dénonce l'entrée en vigueur du nouveau decret sur la formation des carburants dans les DOM, Victorin Lurel a convié les acteurs du dossier ce mercredi, à 16h30 au ministère. Dans quelle atmosphère se déroulera la rencontre ?
Invité hier de l'émission Transversale éco, sur Radio Outre-mer 1ère (émission de radio filmée visible ici), Victorin Lurel, ministre des Outre-mer, a expliqué qu'il abordait cette réunion de concertation dans un esprit "ouvert, positif et bienveillant". 

Concertation ?

"La concertation n'a jamais été interrompue", affirme le ministre, tandis que dans le camp des compagnies pétrolières, des distributeurs et des gérants, on dénonce au contraire la méthode. Hier, Victorin Lurel s'est une nouvelle fois défendu de ces accusations: "C'est le jeu lorsqu'une filière se sent attaquée, tous les moyens sont parfois bons". 

Blocage ?

La menace sous-jacente du secteur pétrolier est évidemment d'orchestrer un vaste mouvement de blocage qui entraînerait une pénurie de carburants et de très longues files d'attente devant les stations service. La grève surprise qui s'est déroulée mercredi 10 décembre faisait clairement figure de démonstration de force. La pression est donc très forte sur ce dossier sensible. 

Vous pourrez suivre l'évolution de cette réunion au ministère des Outre-mer à partir de 16h30 (heure de Paris) via le compte twitter @la1ere.fr qui vous donnera les infos en temps réel.  

 

L'UGTG soutient le décret Lurel
C'est un soutien syndical de poids pour Victorin Lurel. Dans une interview accordé ce matin à France Antilles Guadeloupe, Luc Rubens, secrétaire général adjoint à l'Union des Travailleurs de Produits Pétroliers, syndicat affilié à la puissante UGTG, explique: "Nous attendons de ce décret la transparence (...) Nous croyons dans l'engagement de l'Etat et nous pensons qu'il ira au fond des choses, qu'il évaluera les marges dont les patrons pétroliers ont bénéficié. Le ministre prend le dossier à bras-le-corps pour dénoncer une forme de pwofitasyon, c'est une bonne chose". D'ores et déjà, l'UGTG prévient: "si les gérants des stations-service n'approuvent pas le projet de décret et appellent à la grève, nous ne les suivrons pas."
Les Outre-mer en continu
Accéder au live