Mayotte somme Total de respecter ses engagements pris il y a 10 ans

économie
Conseil Général de Mayotte
Conseil Général de Mayotte ©SOPHIE LAUTIER / AFP
Le Conseil Général de Mayotte somme Total Mayotte de respecter les engagements pris en 2003, soit il y a 10 ans. Il s'inquiète du silence de l'entreprise qui refuse de rendre des comptes. Total Mayotte s'était notamment engagé à mettre les stations existantes aux normes européennes.
Le Conseil Général de Mayotte a sommé Total Mayotte de respecter les engagements pris en 2003 lors de la cession et de l'acquisition du service de l'importation, du stockage et de la distribution des hydrocarbures à Mayotte. Une demande rendue publique hier.
 

Total Mayotte refuse de rendre des comptes

"Ça fait trois ans qu'une commission de suivi du protocole d'accord a été mise en place au Conseil Général et essaye d'avoir des explications de Total, un certain nombre de documents, des chiffres. Total Mayotte s'est toujours refusé en dépit des relances à donner ces explications. On n'est pas certain que tout a été respecté", a expliqué lundi à l'AFP, l'avocat Benoît Jorion, conseil juridique du Conseil Général. Face aux résistances et aux refus répétés de Total Mayotte de rendre des comptes, le conseil général est prêt à user de tous les moyens pour obtenir gain de cause.
 

Incertitude sur les engagements respectés

"Dans ce protocole d'accord, Total Mayotte (à ne pas confondre avec la structure Total en général), avait pris un certain nombre d'engagements dont la rénovation aux normes européennes des stations service existant dans l'île (elles sont au nombre de 7, ndlr), les constructions de nouvelles stations en fonction de l'évolution des besoins, la régularité de l'approvisionnement de carburant. On se demande si Total Mayotte a effectivement aujourd'hui rempli l'intégralité ou seulement une partie de ses obligations", a ajouté Me Jorion.
 

Forte augmentation du parc automobile en 10 ans

En 2003, au moment de la signature du protocole d'accord, la population de l'île était de 130.000 habitants. Aujourd'hui, elle est de 212.000 habitants. Le parc automobile et les activités industrielles ayant augmenté, l'installation d'un service performant de fourniture d'hydrocarbures à la population s'impose "plus que jamais", selon le Conseil Général.