Il faut forcer le maire FN de Villers-Cotterêts à commémorer l'abolition de l'esclavage, selon des associations

politique
Franck Briffaut, le maire (FN) de Villers-Cotterêts (Aisne, Picardie)
Franck Briffaut, le maire (FN) de Villers-Cotterêts (Aisne, Picardie) ©FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Le gouvernement doit "rappeler à l'ordre" le maire FN de Villers-Cotterêts (Aisne), ont estimé vendredi des associations d'ultramarins et antiracistes. L'édile refuse d'organiser des commémorations de l'abolition de l'esclavage dans sa ville picarde de 10.000 habitants.
Le gouvernement doit "rappeler à l'ordre" le maire FN de Villers-Cotterêts (Aisne), ont estimé vendredi des associations d'ultramarins et antiracistes. L'édile refuse d'organiser des commémorations de l'abolition de l'esclavage dans sa ville. Sa commune, où est mort en 1806 le général Dumas, organisait depuis 2007 des célébrations chaque 10 mai, jour officiel de commémoration de l'abolition de l'esclavage. Mais le nouveau maire, Franck Biffaut, a annoncé qu'il ne ferait rien cette année, dénonçant "une autoculpabilisation permanente".

Ces propos sont "dangereux", "antirépublicains" et "portent en eux le germe de la division", jugent dans un communiqué commun des associations d'Outre-mer (CM98 et Crefom) et de lutte contre le racisme (LDH, Mrap, SOS Racisme). "Aujourd'hui l'on s'attaque aux commémorations de l'esclavage, demain à celles de la Shoah. Après-demain, ceux qui en sont les acteurs seront traités d'étrangers et d'anti-Français", craignent-elles. Elles demandent au gouvernement "de rappeler le maire de Villers-Cotterêts à l'ordre afin qu'il organise les commémorations des 10 et 23 mai".

Pour les Amis du général Dumas, Villers-Cotterêts est un lieu de mémoire

Le 10 mai est la date officiellement choisie par la France pour commémorer l'abolition de l'esclavage car elle correspond à l'adoption de la loi dite "Taubira" de 2001, qui a reconnu la traite et l'esclavage comme crimes contre l'humanité. Le 23 mai est la date de l'abolition de l'esclavage en 1848 et a été marquée par une grande marche silencieuse d'Ultramarins en 1998.

Selon un décret de 2006, chaque 10 mai, une cérémonie doit être organisée à Paris, dans chaque département (avec le choix du lieu par le préfet) "ainsi que dans les lieux de mémoire de la traite et de l'esclavage". Or, pour des associations comme celle des Amis du général Dumas, Villers-Cotterêts est un lieu de mémoire, puisqu'elle abrite la tombe du général Dumas, né esclave à Saint-Domingue, père d'Alexandre. Le président de l'association, qui n'est autre que Claude Ribbe, l'historien d'origine guadeloupéenne, appelle sur Twitter à un rassemblement le 10 mai à Villers-Cotterêts.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live