Les jeunes Ultramarins en graves difficultés de lecture

éducation
lecture
Les jeunes des départements d’Outre-mer ont de sérieux problèmes de lecture ©DR
Alerte ! Selon une étude du ministère de l’Education, environ 30 % des jeunes de 17 ans ou plus ont des difficultés de lecture en Guadeloupe, en Martinique, et à la Réunion. Ce pourcentage passe à 45 % pour la Guyane et à 75 % pour Mayotte ! 
C’est une note d’information inquiétante pour les Outre-mer qu'a publiée ce mois-ci la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
 
Selon les résultats des évaluations en lecture réalisées à l’occasion de la Journée défense et citoyenneté (JDC, ex-Journée d’appel de préparation à la défense) de l’année 2013, concernant des jeunes de 17 ans ou plus, les départements d’Outre-mer ont de sérieux problèmes. Les pourcentages de jeunes en difficultés de lecture sont nettement plus élevés que dans l’hexagone, relève la note : « autour de 30 % pour la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion, 45 % en Guyane et 75 % à Mayotte », contre 9,6 % en moyenne sur le plan national. (Voir le tableau ci-dessous : Pourcentages de jeunes en difficultés de lecture selon le département en 2013. Source : Journée défense et citoyenneté). 

 
graphique lecture
©DSN/MENESR/DEPP

Déficit de vocabulaire

D’après la méthodologie de l’étude, « C’est d’abord le niveau en compréhension de l’écrit (traitements complexes) qui distingue les jeunes ayant des difficultés de ceux qui n’en ont pas. Puis, ce qui différencie les lecteurs médiocres des lecteurs efficaces relève du niveau lexical, c’est-à-dire de leur degré de connaissance du vocabulaire. C’est également le niveau lexical qui permet de repérer les jeunes ayant de sévères difficultés en lecture ».
 
Les jeunes les plus en difficulté ont un déficit important de vocabulaire, et n’ont pas installé les mécanismes de base de traitement du langage écrit. Selon les critères de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), ces jeunes se trouvent donc carrément en situation d’illettrisme.
 
Outre les départements d’Outre-mer, les problèmes de lecture se rencontrent surtout dans les départements du Nord de la France. « La part des jeunes en difficulté s’élève ainsi à 17,6 % dans l’Aisne, 14,9 % dans la Somme, 12,4 % dans l’Orne, 12,3 % dans l’Yonne, 12,2% dans le Pas-de-Calais et 12,1 % dans les Ardennes », détaille la note du ministère. Par ailleurs, « en Île-de-France, la part des jeunes en difficulté varie de 4,8 % à Paris à 12,7 % en Seine-Saint-Denis. »