publicité

Situation dramatique au quartier des mineurs de la prison de Mayotte

Avocats et syndicats réclament des mesures d'urgence pour les mineurs incarcérés à la prison de Majicavo, à Mayotte. Trois d'entre eux ont tenté de se suicider le mois dernier en l'espace de quinze jours.

La prison de Majicavo à Mayotte © Mayotte 1ere
© Mayotte 1ere La prison de Majicavo à Mayotte
  • Par Léia Santacroce
  • Publié le , mis à jour le
"Une situation dramatique pour les mineurs détenus à Mayotte", c'est le titre du communiqué publié lundi par le Syndicat national des personnels de l'éducation. Les faits remontent au mois dernier. "Entre le 1er et le 15 avril, trois mineurs détenus à Mayotte ont tenté de se suicider par pendaison avec leurs draps." Un constat alarmant dressé par deux avocates au barreau de Mayotte, dans un courrier adressé au Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue.
 
Elles rapportent que l'un des mineurs a même essayé de se donner la mort "entre cinq et sept fois", avant d'être transféré à l'hôpital psychiatrique de Mamoudzou. D'après leurs informations, un autre jeune détenu aurait également été victime de plusieurs viols. Des violences liées, entre autres, à la promiscuité des jeunes dans les cellules. Au 1er mai 2014, on comptabilisait neuf mineurs détenus à la prison mahoraise de Majicavo, pour six places au total.


Le problème récurrent des mineurs isolés 

Les deux avocates relatent par ailleurs que les cellules sont "dans un état de vétusté déplorable, très sales et très dégradées", sans compter les souffrances psychologiques. Plusieurs mineurs détenus sont en situation irrégulière et ne parlent pas français. Ils ne reçoivent pas ou peu de visites de leur famille – quand ils en ont –  de peur des reconduites à la frontière. Des conditions de détention qui font écho à la situation dramatique des quelque 3.000 mineurs isolés vivant à Mayotte.

"Leurs conditions de détention déplorables sont connues depuis longtemps, mais là, c'est une situation de crise", affirme François Bès, coordinateur régional pour l'Outre-mer de l'Observatoire international des prisons. Il espère que le Contrôleur général des lieux de privation de liberté publiera des recommandations d'urgence au sujet du quartier des mineurs de la maison d'arrêt de Majicavo. Comme ce qu'il a fait il y a un mois pour une prison de l'Hérault
 
"Nous allons engager un recours auprès du tribunal administratif de Mayotte, explique François Bès. Nous réclamons davantage de moyens pour les services de la Protection judiciaire de la jeunesse, un meilleur accès des jeunes détenus à la scolarité et l'organisation de plus d'activités". Voilà qui interpellera sans doute le groupe de travail sur les problématiques pénitentiaires en Outre-mer, mis en place en septembre par la garde des Sceaux. Il doit remettre son rapport à Christiane Taubira le 30 mai prochain. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play