publicité

France-Allemagne : ça vaut de l'or au marché noir !

France-Allemagne, c'est l'affiche choc du premier match des quarts de finale. Une rencontre qui se dispute aujourd'hui  au Maracana de Rio. Sur place Nicolas Ransom a enquêté : les billets pour le match valent leur pesant d'or au marché noir !

Les revendeurs à la sauvette font de bonnes affaires ! © Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom Les revendeurs à la sauvette font de bonnes affaires !
  • Nicolas Ransom / la1ere.fr
  • Publié le
Copacabana... Sa plage, ses transats, ses bikinis et... Ses vendeurs de tickets au marché noir !
Depuis quelques jours, c'est une véritable invasion. Les billets pour les matches s'échangent à prix d'or sur la promenade qui longe la mythique plage de Rio. Et le match France-Allemagne atteint des records. 1000 € en moyenne. Près de 10 fois la valeur faciale !
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

"C'est hors de prix"

Stéphane cherche une place depuis deux jours : "C'est du grand n'importe quoi ! Un vrai business... Je suis dégoûté." Même son de cloche pour Christian qui est venu de l'île de la Réunion avec son fils : "Je cherche 2 tickets. Mais là, c'est hors de prix. Je veux bien mettre 300 € par place, mais pas plus ! Qui peut acheter des billets à ce prix-là ?"
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

Les allemands ont gagné le match...Du pouvoir d'achat

Greg* à la réponse : les Allemands ! "Les Français se fâchent quand j'annonce le prix ! Ils n'ont pas assez d'argent... Les Allemands, eux, ont un plus gros pouvoir d'achat. Ça se voit." Greg est Australien. Il vend 4 tickets pour le choc franco-allemand: "J'ai acheté ces places sur le site internet de la FIFA il y a 6 mois. Mais ce match ne m'intéresse pas vraiment alors je les revends. J'espère en tirer 3000 ou 4000€. Ça me paiera une partie de mon séjour."
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

"Il y a des risques pour les revendeurs"

Le spot de revente en ce moment, c'est devant le "Très", un bar de plage tenu par Pierre-Yves, un Marseillais. C'est un peu le QG des supporters français à Copacabana.
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

Depuis son comptoir, Pierre-Yves observe le manège des revendeurs : "C'est de la folie depuis quelques jours... Il y a de plus en plus de vendeurs notamment des Français, et les prix s'envolent. Pourtant, il y a des risques. La police militaire brésilienne fait des descentes tous les jours. À chaque fois, 10 ou 15 gars se font arrêter."
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

"La Fifa a tout vendu aux Brésiliens"

Gérard* n'est pas passé entre les mailles du filet : "J'ai fait 2 jours de prison pour avoir vendu quelques malheureux billets ! En plus, les policiers militaires m'ont piqué 100 € et mes 'Ray-Ban'... C'est n'importe quoi !" Gérard est arrivé de Paris il y a un mois. Pas pour voir des matchs, non. Pour faire de l'argent. Et Gérard ne manque pas d'air: "Mon business, c'est d'acheter des places et de les revendre plus cher. Mais les affaires ne marchent pas terrible. C'est la faute de la FIFA. Elle a tout vendu aux Brésiliens. Résultat: il n'y a plus assez de tickets sur le marché pour nous les revendeurs 'professionnels' ! Donc on monte les prix..."
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

"Même 1 000 euros la place, on achète !"

Mais des acheteurs, il y en a quand même... Comme Johan et Jean-Christophe, qui viennent tout juste d'arriver de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie : " Nous, on se fout du prix... On est des passionnés de foot. On veut être dans le Maracanã pour ce France-Allemagne. C'est historique. Ça n'arrive qu'une fois dans une vie ! On ne veut pas manquer ça... Même 1000 € la place, on achète !"
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom


* Prénoms d'emprunt pour préserver l'anonymat des revendeurs de billet


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play