outre-mer
territoire

Violences conjugales : le "téléphone grand danger" arrive en Outre-mer

justice
La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, en déplacement à La Réunion le 22 février 2013
La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, en déplacement à La Réunion le 22 février 2013 ©Réunion 1ère
Nouvelle étape dans la lutte contre les violences conjugales. L'initiative a été dévoilée vendredi : le dispositif du "téléphone grand danger" va être étendu à l’ensemble du territoire - Outre-mer compris - à partir de septembre. Jusqu’ici, seule la Guadeloupe en bénéficiait.
A première vue, il a tout d’un banal téléphone portable. Si ce n’est qu’il est relié directement aux services de police et permet d’appeler à l’aide dans les plus brefs délais. Remis à certaines victimes de violences conjugales, le "téléphone grand danger" va être étendu à l’ensemble du territoire à partir de septembre, départements et collectivités d’Outre-mer compris. Une initiative dévoilée vendredi par les ministères de la Justice, de l’Intérieur et des Droits des femmes. Jusqu’ici, seuls 13 départements en bénéficiaient à titre expérimental, dont la Guadeloupe.

 

TGD : téléphone grand danger
TGD : téléphone grand danger ©Ministère des Droits des femmes

Objectif : lutter contre les violences conjugales

Le "téléphone grand danger" est réservé aux femmes victimes de violences conjugales. Pour en bénéficier, leur conjoint doit également faire l’objet d’une interdiction d’entrer en contact avec elles. A charge ensuite au procureur de la République de prendre sa décision, en accord avec les forces de l’ordre, les associations locales et les collectivités territoriales. S’ils estiment que les victimes encourent un trop grand danger, ils les équipent de ces smartphones un peu particuliers. Outre l’aspect technologique, le "téléphone grand danger" va de pair avec un accompagnement psychologique pendant 6 mois.
 
En 2013, 121 femmes sont mortes en France, victimes de leur compagnon ou de leur ex-compagnon, dont 7 en Outre-mer (voir notre tableau ci-dessous). Les départements ultramarins les plus touchés sont la Guadeloupe et La Réunion. Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, s’était d’ailleurs rendue sur l’île de La Réunion en novembre dernier pour évoquer ces problèmes.

Retrouvez ci-dessous le nombre de femmes décédées en 2013, victimes de leur compagnon ou ex-compagnon :
Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple (année 2013)
Sources : Ministère de l’Intérieur, Délégation de l’aide aux victimes, Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple (année 2013) ©LS

 

Publicité