outre-mer
territoire

Championnats du monde de judo : grosse déception pour le Guadeloupéen Loïc Korval

sport
korval mondiaux
Loïc Korval aux Championnats du monde de Tokyo en 2010 ©KAZUHIRO NOGI/AFP
Champion d’Europe en titre, Loïc Korval, 26 ans, engagé dans les moins de 66 kilos, a terminé mardi à la quatrième place des Championnats du monde de judo 2014 de Chelyabinsk, en Russie (du 25 au 30 août). En dépit de sa légendaire assurance. 
Très confiant, trop confiant sans doute. Dans Le Monde du 23 août, le Guadeloupéen se voyait déjà champion du monde. « Un athlète qui n’a pas l’arrogance de dire qu’il est le meilleur n’est pas un champion. Pour moi, il est inconcevable de perdre. Hors de question de dire que quelqu’un est plus fort que moi », déclarait Korval. Avant de conclure : « C’est bête, mais c’est comme si je connaissais déjà la fin. »
 

Début tonitruant

Dans le quotidien Le Parisien du 26 août, il en rajoutait une couche. « Vous annonciez ‘je serai champion du monde’ », lui rappelle un journaliste. « C’est le jour J… ». Réponse de Loïc Korval : « Et je maintiens mes propos. Non seulement j’ai cette conviction, mais la saison de je viens de réaliser parle pour moi. »
 
Hélas, malgré un début de mondial tonitruant et prometteur, avec quatre victoires sur ippon, le champion d’Europe échouait en demi-finale tout d’abord, face au Japonais Masashi Ebinuma, double champion du monde en titre, puis dans le combat pour la médaille de bronze devant le Russe Kamal Khan-Magomedov.
 

Echéance judiciaire

Loïc Korval, champion de France de sa catégorie en 2013, n’a donc pas pu rééditer au moins son résultat des Championnats du monde de Tokyo en 2010, où il était arrivé en troisième position.
 
Avant de futurs rendez-vous sportifs, une autre échéance – judiciaire cette fois - attend le Guadeloupéen au mois d’octobre. Motif, « refus d’obtempérer aggravé par une mise en danger de la vie d’autrui, violences aggravées avec arme par destination à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité publique malgré une invalidation du permis ». Cette fois, attention à ne pas être trop confiant. 
Publicité