outre-mer
territoire

"La Sagesse du yoleur", ou la voie de la liberté

livres
yoleur
"Le yoleur ne s’endort jamais sur ses lauriers, il les digère à la tête reposée." (Edouard Tinaugus, "La Sagesse du yoleur - Sagesse de vie"). ©Patrick JOSEPH-AUGUSTE/LEZARDOS
Dans son livre "La Sagesse du yoleur", le Martiniquais Edouard Tinaugus invite à un voyage spirituel et philosophique dans l’univers mental du yoleur. Après la lecture de cet ouvrage, vous ne verrez plus la yole comme avant. 
La pratique de la yole relève d’une certaine philosophie de l’existence et d’une sagesse de la vie, impliquant respect de la nature, solidarité, désir de connaissance et amour de la liberté. Né au Robert en Martinique, ancien pratiquant de la yole, l’auteur de "La Sagesse du yoleur" (Edilivre) lance une ode amoureuse et poétique à la tradition de cette navigation.
 
Fruit de l’expérience et des réflexions de générations successives, la sagesse de la yole est au cœur de la culture intellectuelle des marins et des pêcheurs de la Martinique. « Vous ne verrez plus ces hommes qui partent sur la mer comme des simples mortels, mais comme des hommes dotés de pensées aussi étendues et profondes que les océans qui peuplent cette planète », dit joliment Edouard Tinaugus.

 

Le vouloir du yoleur est motivé dans l’échange, par un besoin de donner et recevoir." Edouard Tinaugus

 






Son livre se présente comme un recueil d’aphorismes et de réflexions philosophiques concernant la yole. Il est également abondamment illustré de photos de cette pratique, qui est devenue aussi un sport particulièrement prisé avec le traditionnel Tour de la Martinique des yoles.
 
Quelles sont donc les voies du yoleur ? « La connaissance de la pratique de la yole est vécue comme une perspective de libération. Là où se trouve l’esprit du yoleur, la mer est liberté », explique Edouard Tinaugus. Ou bien : « Pour le yoleur, il est plus facile de vivre en harmonie avec la nature que dans la société. La vie est si chère, qu’elle ne peut être soldée pour des futilités, parole de yoleur ».
 
Et encore, « Un exercice de l’esprit et du corps. Ce qui facilite la quête de la vertu. On atteint la sagesse du yoleur, non pas pour conserver la connaissance, mais pour transmettre celle-ci. » On le voit, ces préceptes pourront combler à la fois les amoureux de la yole et les lecteurs en quête d’une certaine spiritualité.   
 

Edouard Tinaugus, « La Sagesse du yoleur - Sagesse de vie » - Edilivre, juin 2014, 114 pages, 15 euros. 

Publicité