outre-mer
territoire

Affrontements à Mayotte: la Réunion envoie des renforts

société
Affrontements Mayotte
©Mayotte 1ere
Des renforts de gendarmes mobiles basés à la Réunion ont été envoyés mardi matin à Mayotte en proie à des violences entre bandes rivales ayant fait un blessé grave, a confirmé la préfecture de la Réunion.
"Un peloton de gendarmes mobiles, soit 16 hommes, a été envoyé à partir de la Réunion à Mayotte mardi matin", a déclaré René Bouvet, responsable de la communication de la préfecture de Saint-Denis.

Cinq pelotons de gendarmes

Mayotte est située à 1.450 km au nord de la Réunion, de l'autre côté de Madagascar. Le peloton de gendarmes mobiles devait être opérationnel en fin de matinée à Mayotte, selon la préfecture. Il viendra renforcer les 4 pelotons déjà sur le terrain. "Il s'agit d'une décision conjointe du gouvernement et des préfets de la Réunion et de Mayotte", a-t-il précisé.
 
Lundi soir, le ministère des Outre-mer qui parlait encore au conditionnel de ces renforts, les envisageait pour occuper le terrain et "assurer les patrouilles de nuit". "Cela sera aussi un geste positif vis-à-vis de la population, très inquiète, pour montrer que l'ordre républicain est assuré", avait-on expliqué.

Condamnation de l'Etat

Par ailleurs, dans un communiqué diffusé mardi soir, la préfecture de Mayotte a déclaré que "l'Etat condamne fermement les actes de violence" suite aux "affrontements entre bandes de jeunes qui ont pris place ce week-end et lundi".
 
"A ce jour, l'action coordonnée de la gendarmerie et de la police ainsi que l'implication des tous les acteurs de proximité ont permis les conditions d'un retour au calme. Afin de rassurer les élèves, les parents d'élèves et les enseignants, les moyens seront renforcés aux abords des établissements scolaires", poursuit le texte.
 
"Les maires de Mamoudzou et de Koungou se sont fortement impliqués sur le terrain, aux côtés des médiateurs", relève la préfecture. "Les autorités religieuses, par leur appel au calme, ont contribué à l'apaisement de la situation. Le président du Conseil général, les députés et sénateurs, ont apporté leur soutien au processus de retour au calme. Ce processus de concertation et d'action engagé en période de troubles, doit se poursuivre aujourd'hui pour construire, avec les jeunes de tous les villages de Mayotte, une l'ambition collective pour la jeunesse à Mayotte", conclut-elle. 
 

 Des habitations incendiées

"L'île aux parfums" est en proie à des violences opposant depuis samedi des bandes rivales de communes voisines ayant fait un blessé grave, évacué à la Réunion pour être opéré. Une vingtaine de bangas (habitats précaires) ont été incendiés dans les deux villages rivaux de Kawéni et Majicavo.
 
Sur Twitter, les Mahorais déplorent la situation.



 

Publicité