publicité

Le volcan de la Soufrière en Guadeloupe pourrait connaître le même type d’éruption qu’Ontake au Japon

La dernière éruption de la Soufrière en Guadeloupe remonte à 1976. Le volcan Ontake qui selon un dernier bilan a causé la mort de 51 personnes n’avait pas fait parler de lui depuis 1979.  Selon Florent Brenguier, un sismologue français, les deux volcans présentent de fortes similitudes. 

La Soufrière, vue du bas © Jean-François Grégoire
© Jean-François Grégoire La Soufrière, vue du bas
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le
Pendant 35 ans, le volcan Ontake au Japon est resté tranquille. Son réveil a surpris tout le monde. Avec un bilan provisoire de 51 morts, cette éruption volcanique est la pire qu’ait connue le Japon depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Le sismologue Florent Brenguier estime que les volcans Ontake au Japon et la Soufrière en Guadeloupe ont des similitudes. Joint par La1ere.fr, ce chercheur à l’Institut des Sciences de la Terre à Grenoble va partir prochainement pour une mission de trois semaines en Guadeloupe.
 

Pourquoi faut-il s’inquiéter ?

"Avec le développement touristique, les volcans sont devenus des lieux de randonnées, souligne Florent Brenguier. En Guadeloupe, tout le monde peut aller se promener autour de la Soufrière. Si les abords du volcan Ontake avaient été interdits d’accès, il n’y aurait pas eu de victimes. Si l’on veut préserver ce tourisme vert, il faut donner plus de moyens à la recherche pour surveiller de près ce type de volcan."


Qu’est-ce qu’une éruption phréatique ?

Eruption phréatique © DR
L’éruption du volcan Ontake est de type phréatique (voir schéma), comme celle de la Soufrière en 1976. "Il y a tout un système sous-terrain de nappes phréatiques, explique Florent Brenguier. Dans un volcan, cette eau peut-être chauffée à des températures très élevées, il y a des fuites, des fissurations. Une fois que la pression est trop forte, on assiste à l’explosion par ces canaux.  Des colonnes de cendres pulvérisées jaillissent dans l’atmosphère. C’est comme une cocotte-minute sous pression qui auraient des fissures".
Eruption de la Soufrière en 1976
Eruption de la Soufrière en 1976

Une éruption phréatique est-elle plus dangereuse qu’une éruption magmatique ?

"Jusqu’à présent, on pensait que les éruptions phréatiques n’étaient pas si graves, précise Florent Brenguier. Avec Ontake, on se rend compte qu’il faut s’en inquiéter. En plus, ce type d’éruption est difficile à prévoir. Dans le cas d’une éruption magmatique, il y a des signes précurseurs plusieurs semaines, voir plusieurs mois à l’avance. Le magma remonte à la surface, le volcan gonfle donc c’est très perceptible. En revanche, il est très difficile de prévoir à l’avance une éruption phréatique. Nos systèmes de surveillance, nos capteurs aussi bien au Japon qu’en France ne sont pas calibrés pour".
 
La Soufrière en Guadeloupe, par le Pas-du-Roy © DR
© DR La Soufrière en Guadeloupe, par le Pas-du-Roy

 
Et le Piton de la Fournaise ?

Le Piton de la Fournaise à La Réunion est un très bon laboratoire pour les chercheurs. C’est un volcan basaltique qui produit beaucoup moins de chaleur que la Soufrière, mais de très belles coulées de lave. Il ne peut pas donner lieu à des éruptions phréatiques comme Ontake au Japon ou la Soufrière en Guadeloupe. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête