outre-mer
territoire

D'où vient le chikungunya qui commence à sévir à Tahiti ?

chikungunya
Le moustique Aedes aegypti, vecteur de la dengue
©CC - Muhammad Mahdi Karim
En mai dernier, une habitante de Tahiti était revenue de Guadeloupe avec le chikungunya. Mais cette fois, selon Anna-Bella Failloux, chercheuse à l'Institut Pasteur et Polynésienne, les 15 cas détectés à Teva i Uta ont été très probablement importés des îles voisines du Pacifique.
Pour Anna-Bella Failloux, chercheuse à l’Institut Pasteur, jointe par La1ère : « les 15 cas de chikungunya détectés en Polynésie sont probablement liés à des cas récemment importés des îles voisines où ce virus est actuellement en circulation : la Nouvelle-Calédonie, les îles Yap, la Papouasie-Nouvelle-Guinée ou les îles Cook. Les analyses génétiques vont nous confirmer l'origine des souches virales”, ajoute cette spécialiste des moustiques vecteurs de virus. En mai dernier, un premier cas de chikungunya avait été identifié à Tahiti. Il s’agissait d’une patiente revenue d’un voyage en Guadeloupe.
 
Anna-Bella Failloux, entomologiste à l'Institut Pasteur
Anna-Bella Failloux, entomologiste à l'Institut Pasteur ©Cécile Baquey

Deux espèces de moustique capables de transmettre le virus

Quinze habitants de Teva i Uta ont donc récemment contracté ce virus. Cette commune rurale de près de 10 000 habitants est située à environ 40 km de la capitale Papeete, à Tahiti, l’île la plus peuplée de la Polynésie française. “Sur place, précise Anna-Bella Failloux, on trouve deux types de moustiques : l'Aedes aegypti (bien connu aux Antilles) qui est le vecteur majeur du chikungunya dans le Pacifique et Aedes polynesiensis, un moustique endémique aux îles de Polynésie. En collaboration avec l'Institut Louis Malardé, ajoute la chercheuse, nous avions déjà démontré que ces deux espèces sont capables de transmettre efficacement le virus chikungunya”.
 
aedes aegypti .jpeg
le moustique aedes aegypti ©cc-by susanto_ng

Campagnes de pulvérisations chimiques

Des campagnes de pulvérisations chimiques ont déjà commencé hier à Teva i Uta. A l’approche de la saison des pluies en Polynésie, les autorités locales sont inquiètes et redoutent une épidémie de grande ampleur, à l’image de celle qui vient de se produire aux Antilles françaises. 
Campagne de démoustication en Polynésie
Campagne de démoustication en Polynésie ©DR

Publicité