outre-mer
territoire

Tensions France-Comores : la réponse (très) diplomatique du Quai d'Orsay

politique
La France attachée à sa "relation bilatérale avec les Comores"
Mohamed Soulaïmana a été convoqué ce lundi par le Ministère des Affaires étrangères. ©JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Après les incidents survenus ce week-end lors des Jeux des îles à La Réunion entre la France et les Comores, le gouvernement se dit "attaché à (sa) relation bilatérale avec les Comores". Une réponse on ne peut plus diplomatique de la part du Quai d’Orsay face à de réelles tensions.
Sollicité à plusieurs reprises, le Quai d’Orsay a répondu ce mercredi 5 août, via son portail internet réservé à la presse. Le ministère des Affaires étrangères était interrogé sur les incidents diplomatiques survenus à La Réunion lors des Jeux des îles de l’océan Indien. "Nous sommes attachés à notre relation bilatérale avec les Comores et poursuivons avec elles un dialogue sur tous les sujets d'intérêt commun", est-il écrit dans la réponse du Quai d’Orsay qui, en résumé, ne se mouille pas.

La France attachée à sa "relation bilatérale avec les Comores"
©CAPTURE D'ECRAN / SITE MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES


Une réponse lapidaire

La réponse est on ne peut plus diplomatique face à une situation très tendue. Les Comores ont quitté la 9e édition des jeux des îles de l'Océan Indien, suite au défilé des athlètes de Mayotte sous les couleurs du drapeau français. Le départ de la délégation comorienne a été décidé par le gouvernement comorien lui-même. Il refuse, en effet, de reconnaître à Mayotte le statut de département français.


Des ambassadeurs convoqués

Depuis, l’ambassadeur des Comores à Paris a été rappelé, pour consultation, à Moroni, d'après le site du gouvernement comorien. L’ambassadeur de France à Moroni a lui été "convoqué par le Ministre des Relations Extérieures, Abdoulkarim Mohamed, pour explications", toujours selon le site internet du gouvernement comorien. Pour l’heure, rien n’a filtré de ces entretiens.

Les propos de Patrick Kanner

Seul membre du gouvernement français à s’être exprimé sur cette crise : Patrick Kanner, le ministre français de la Jeunesse et des Sports, en déplacement à La Réunion. Lundi 3 août, sur le plateau de Réunion 1ère, il avait estimé que "de par son statut de département, acquis en 2011, Mayotte ne pouvait défiler sous un autre drapeau que celui de la France. Une volonté que les athlètes ont eux-mêmes exprimée", avait-il indiqué.

Patrick Kanner avait également précisé que la Charte des jeux des îles "aurait dû évoluer avant, au moment de la départementalisation de Mayotte". Selon le ministre, "les Comoriens étaient au courant de ce qui allait se passer" et "leur départ [des jeux] était très organisé".

 

Publicité