outre-mer
territoire

Volé en Guyane il y a quatre ans, Moustique retrouve sa famille dans le Lot-et-Garonne

insolite
Guyane / Villeneuve - l'histoire de Moustique le yorkshire
C'est cette photo, datée du 8 août 2015, qui a donné envie à Françoise Martinez d'adopter le petit yorkshire abandonné. ©DR
En cette journée internationale du chien (si si, ça existe), La 1ère vous dévoile l'incroyable histoire de Moustique, un petit yorkshire volé à sa maîtresse en Guyane il y a quatre ans. Par un heureux hasard, la fille de sa propriétaire a retrouvé le toutou à Villeneuve-sur-Lot la semaine dernière.
"C'est une histoire de fou!", ne cesse de répéter Françoise Martinez, 43 ans, guyanaise de cœur. Il y a une semaine, à Villeneuve-sur-Lot, elle a retrouvé par hasard le yorkshire mini toy de sa mère, qui pleurait la disparition de son chien depuis quatre ans. "A l'époque, nous habitions tous sur la même propriété à Saint-Laurent du Maroni. Moustique (c'est son nom, référence à sa toute petite taille, ndlr) était la coqueluche de la famille. Quand on ne l'a plus vu, on a cherché partout, posé des affiches, signalé sa disparition à la gendarmerie... Ma mère était vraiment très affectée", se remémore Françoise Martinez, jointe par La 1ère.

"Au début, j'ai pensé que c'était un sosie"

Il y a quelques mois, cette dernière quitte la Guyane avec ses deux fils et s'installe à Villeneuve-sur-Lot pour des raisons professionnelles. Là, elle devient bénévole de l'association Quat'Pattes 47, qui s'occupe de faire adopter des chiens et des chats abandonnés. Quand elle voit passer la bouille d'un petit yorkshire sur les réseaux sociaux, elle tique et pense immédiatement au regretté yorkshire. "L'annonce disait grosso modo : 'Vieux, malvoyant, cherche famille d'adoption'. Le tout accompagné d'une photo prise à la fourrière. Le pauvre... Il avait peu de chance de trouver preneur." Françoise Martinez se porte immédiatement volontaire.

"Quand il est arrivé à la maison, j'ai tout de suite eu l'intime conviction que c'était Moustique, tout en me disant que c'était impossible d'avoir retrouvé mon chien à 8000 km de l'endroit où il avait disparu... Alors j'ai pensé que c'était un sosie." Mais d'autres indices troublants lui mettent la puce à l'oreille : l'âge de l'animal (12 ans), l'étrange manie de sauter sur les tables basses ("un excellent poste d'observation"), un œil abîmé...

Guyane / Villeneuve - l'histoire de Moustique le yorkshire
Depuis qu'il a retrouvé la fille de sa maîtresse, Moustique le yorkshire reprend du poil de la bête. ©Françoise Martinez / Montage La1ère

Identification formelle

Une fois chez elle, le yorkshire est en piteux état. Il ne pèse que 2,2 kg. Très sale, tout maigre, muet, malodorant, les os qui craquent... Après un bon bain, le toutou se retrouve chez le vétérinaire. "Etrange coïncidence, constate-t-il alors, il a une cicatrice au fond de l'œil qui se voit difficilement parce qu'elle est très ancienne". Et là, plus de doute sur l'identité du patient : c'est Moustique. "Il y a six ans, se souvient Françoise, Tic-Tic (son petit surnom) s'était blessé à l'œil avec une branche dans le jardin. C'est moi qui l'avais soigné !"

Forte de cette nouvelle preuve, elle envoie des photos et des vidéos à sa mère en Guyane qui reconnaît formellement son yorkshire bien-aimé. Mireille Ducos, 74 ans, a prévu de rendre visite à Moustique au début de l'année 2016. S'il est en forme, il rentrera à Saint-Laurent du Maroni. Sinon, il restera à Villeneuve. En attendant, il répond à son nom, reprend du poil de la bête, mange beaucoup et apprend à cohabiter avec deux nouveaux camarades canins : Nana et Pompon. "Moustique a repris son petit caractère, mais tout se passe bien", se réjouit Françoise Martinez, convaincue que son chien a bel et bien un ange gardien.


Bonus radio : le récit de Françoise Martinez

 

La thèse du vol
Selon Françoise Martinez, cela ne fait aucun doute, Moustique a été volé il y a quatre ans en Guyane. "Les yorkshires mini toys sont rares, explique-t-elle. Il n'est pas impossible qu'on l'ait enlevé pour faire de l'élevage. Ajoutez à cela qu'il n'aboie plus et déteste qu'on lui touche le cou. Je suis certaine qu'on a tenté de l'étrangler pour le faire taire. Quant à l'absence de puce (oui, Moustique était pucé, ndlr), le vétérinaire m'a dit qu'une simple incision suffisait souvent à l'enlever." "Moustique a été volé, c'est certain, renchérit Annie Dubar, vice-présidente de l'association Quat'Pattes 47. Après, comment et pourquoi il s'est retrouvé en métropole dans la fourrière de Villeneuve-sur-Lot, nous ne le saurons probablement jamais..."
Publicité