outre-mer
territoire

Portraits d’étudiants : Berti, Calédonien de 19 ans, prépare sa rentrée à Besançon (1/5)

éducation
Portrait d’étudiant 1/4. Calédonien de 19 ans, Berti prépare sa rentrée
A Paris depuis le 18 août, Berti va bientôt rejoindre sa ville d'étude, Besançon. ©LP
L’évènement "campus outre-mer" se tiendra, samedi 5 septembre, au ministère des Outre-mer. En attendant, cette journée d’accueil des étudiants ultramarins, La1ère.fr va à leur rencontre. Arrivé de Nouvelle-Calédonie à la mi-août, Berti, 19 ans fera sa rentrée en BTS, à Besançon.
Ce lundi 31 août, Berti s’apprête à vivre une aventure de plus. Arrivé à Paris le 18 août dernier pour suivre ses études, le jeune Calédonien découvre jour après jour la vie en métropole. Il va maintenant quitter la capitale pour rejoindre son école à Besançon, dans l'Est de la France.

"Je vais prendre le train. On m’a expliqué la voie, le wagon, les numéros de place, mais je sens que ça va encore être une aventure !", imagine le jeune homme qui fera également la découverte de son nouveau logement dans la journée. "En tout cas, j’ai trop hâte d’y être et surtout de commencer les cours", s’impatiente Berti qui a déjà prévu d’acheter toutes ses fournitures à son arrivée.

Portrait d’étudiant 1/4. Calédonien de 19 ans, Berti prépare sa rentrée
Après un passage à la Maison de la Nouvelle-Calédonie, Berti a réussi à finaliser toutes ses démarches administratives avant la rentrée. ©LP


Une adaptation en douceur 

La1ère.fr avait rencontré le jeune calédonien à la Maison de la Nouvelle-Calédonie, le 18 août alors qu’il venait tout juste d’atterrir à Paris. "Depuis, j’ai réussi à finaliser tous mes papiers : mutuelle, carte vitale, compte bancaire… Il ne me reste plus qu’à trouver une assurance pour le logement", explique satisfait Berti qui commencera les cours, mercredi 2 septembre, dans une classe de BTS conception et réalisation des systèmes automatiques.

Pour ce jeune Calédonien de 19 ans tout droit arrivé de Maré, l’adaptation s’est faite progressivement et en douceur. "Il y a eu l’accueil à la Maison de la Nouvelle-Calédonie pendant trois jours, puis j’ai été hébergé par une tantine, une amie de la famille, qui a pris soin de moi. Jusqu’à présent, je n’étais pas trop dépaysé", confie le jeune homme.

Portrait d’étudiant 1/4. Calédonien de 19 ans, Berti prépare sa rentrée
Venu de Maré en Calédonie, Berti fera sa rentrée en BTS le 2 septembre. ©LP

Donner des nouvelles

Depuis son départ de l’aéroport de Nouméa où sa famille l’avait accompagné le 17 août dernier, Berti donne régulièrement des nouvelles à ses proches. "Je poste des statuts sur Facebook pour dire que ça va, je leur dis qu’ils me manquent et je discute aussi en privé avec eux pour rassurer tout le monde", raconte le jeune homme. "Ma mère me dit surtout que si j'ai besoin de quelques choses ou si j'ai un problème, je dois l'appeler".

Depuis son départ, les proches de Berti suivent son aventure via Facebook :
Portrait d’étudiant 1/4. Calédonien de 19 ans, Berti prépare sa rentrée
©FACEBOOK


Trouver ses repères

Après avoir réglé l’essentiel de ses démarches administratives, Berti a profité de ses derniers jours passés à Paris pour découvrir la ville. "Je me suis promené, j’ai visité, je m'habitue mieux depuis que j’arrive à me déplacer avec le métro", remarque Berti qui admet qu’"il est quand même facile de se perdre là-dedans tellement il y a de monde". "Ça n’a rien à voir avec le Karuïa (réseau de bus urbain de Nouméa, ndlr), mais ça reste un transport en commun comme au pays", se rassure-t-il avant de partir pour Besançon.

Les Calédoniens de l’Hexagone

Avant de quitter Paris, Berti a rejoint une dernière fois ses amis à la Maison de la Nouvelle-Calédonie. "Nous sommes arrivés ensemble de Nouméa, dans le même avion le 18 août, et depuis nous restons en contact, raconte le jeune étudiant. En se voyant une dernière fois avant de partir dans nos villes d’études, on a eu un gros fou rire, ça nous faisait du bien de relâcher la pression et de se marrer ensemble".

Les étudiants ont prévu de continuer à se donner des nouvelles et pourquoi pas, essayer de se voir bientôt. "Il faut qu’on se serre les coudes, on est tous dans la même situation, on va s’encourager mutuellement", promet Berti qui a également pris contact avec des Calédoniens de Besançon.
Publicité