Rosny-sous-Bois : un Guadeloupéen poignardé par sa compagne sous les yeux d’un enfant

faits divers
Enquête de la police des polices après le décès d'un guadeloupéen au commissariat de Saint-Denis
©GERARD JULIEN / AFP
Une femme de 26 ans a poignardé son compagnon dénommé Kevin dans la nuit de mardi à mercredi à Rosny-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. La scène s’est déroulée sous les yeux d’un garçon âgé de trois ans. 
Quand les pompiers sont arrivés dans l'appartement à Rosny-sous-Bois mardi 1er septembre peu avant minuit, la victime, Kevin un Guadeloupéen de 26 ans, "souffrait d'une plaie profonde de 10 cm au thorax, qui saignait abondamment", selon une source policière. Malgré les soins prodigués sur place par le Samu, l'homme est décédé vers minuit trente des suites de sa blessure.
 

Un enfant présent au moment du drame

Selon les premiers éléments de l'enquête, qui privilégie un "différend familial", sa compagne également âgée de 26 ans a porté le coup fatal avec un couteau de cuisine. Elle a ensuite appelé elle-même les secours. Le fils de la jeune femme âgé de trois ans était présent au moment des faits, a indiqué à La1ère le parquet de Bobigny. Il a été confié à l'Aide sociale à l'enfance.
 

Des propos incohérents          

L'arme a été retrouvée "dans un seau dissimulé derrière la porte d'entrée", a ajouté la source policière. Sous le choc, tenant des propos incohérents, la compagne a été arrêtée et placée en garde à vue à Bobigny. La police judiciaire de Seine-Saint-Denis a été chargée de l'enquête.

La jeune femme nie avoir poignardé Kevin

Selon le Parisien de ce jeudi, le jeune femme n'a pas reconnu "être l'auteur du coup de couteau mortel". "Elle s'arc-boute sur un curieux scénario", explique le quotidien. "Son mari était, selon sa version, en train de faire la vaisselle. Il se serait alors approché d’elle. C’est à ce moment qu’elle aurait constaté qu’il tenait un couteau et saignait abondamment au torse, accréditant l’idée qu’il se serait lui-même infligé cette blessure. Selon elle, c’était une soirée comme les autres. Elle ne fait mention d’aucune dispute. Kevin s’effondre sous ses yeux et ceux de l’enfant. Elle appelle les secours".

Des voisins surpris

Au lendemain du drame, le Parisien s'est rendu sur les lieux. "Les voisins du couple sont sous le choc, précise le journal. C’est à peine si un résidant reconnaît que ces locataires « se disputaient ces derniers temps », tandis que d’autres dépeignent « une famille nickel ». Elle avait emménagé, il y a environ un an dans ce F 2 tout neuf".