outre-mer
territoire

Arbre de l’année 2015 : le fromager de Saül fait triompher la nature guyanaise

culture
Fromager guyane
© WWW.ARBREDELANNÉE.COM / MAGAZINE TERRE SAUVAGE Le Fromager de Guyane a remporté le prix du public de l'arbre de l'année 2015
Au terme d’un concours disputé, le fromager de Saül en Guyane remporte le prix du public de l’arbre de l’année 2015 face au banian de La Réunion. 1000 voix d’écart séparent les deux arbres qui arrivent largement devant leurs concurrents de métropole.
Le titre s’est joué à peu de choses. Après un coup-à-coude serré dans l’emballage final, c’est le fromager de Saül de Guyane qui remporte le prix du public de l’édition 2015 de l’Arbre de l’année, face au banian de La Réunion. La veille, le verdict fuitait sur les réseaux sociaux, des Guyanais euphoriques partageaient la nouvelle à tout-va. Il a fallu attendre la cérémonie de mercredi 30 septembre au matin pour que l’arbre soit couronné officiellement.

Fière de mon Arbre!! #ARBREDELANNEE 2015

Posted by Didith Léo on Quarta, 30 de setembro de 2015
Au final, le fromager devance son homologue réunionnais à la photo-finish. "30 000 voix pour la Guyane contre 29 000 à La Réunion", annonce Eric De Kermel, directeur du magazine Terre Sauvage qui organisait le concours avec l’Office National des Forêts (ONF). Au total, 90 000 votants se sont prononcés pour récompenser "cet arbre sublime qui aurait également pu être le prix du jury", palme accordée au magnifique cèdre bleu pleureur de Châtenay-Malabry. Après la réception, l'organisateur du concours a coupé court à toute polémique, née après le piratage du site mi-août : "Un programme a réussi à identifier les votes frauduleux et à les éliminer. Le résultat est fiable à 100%", a-t-il assuré à la1ere.fr.
 
Eric de Kervel
©TDB. Eric De Kervel, directeur de Terre Sauvage, s'est félicité de la participation du public ultramarin pour élire l'arbre de l'année.

La victoire de "toute la Guyane"

Quelques heures plus tôt, alors qu’un soleil d’automne perçait le feuillage des chênes centenaires du Parc Floral de Vincennes, des dizaines de passionnés de nature arpentaient le circuit photographique mis en place par l’organisation. Parmi eux, Marie-Hélène Charles, maire de Saül, flâne dans les allées boisées. Après avoir jeté un coup d’œil au portrait d’un if normand de 1500 ans, l’élue arrive au panneau représentant l’arbre de sa commune, la fierté de tout un "pays".

Maire de Saül
©TDB. Le sourire de Marie-Hélène Charles, maire de Saül.

"On ne s’y attendait pas, c’est un exploit. Les Réunionnais sont plus nombreux, on pensait qu’ils l’emporteraient. C’est la victoire de toute la Guyane, de ses habitants et des collectivités qui ont joué le jeu", déclare-t-elle, émue. "Il y a eu un engouement fantastique alors qu’il n’y avait pas de prix. Tout cela a dépassé nos espérances. Nous avons récolté plus de 30 000 voix, le village de Saül ne compte que 158 âmes", s’exclame-t-elle tout sourire. 
 

Arbre sacré en Guyane

Pour la plupart des communautés forestières guyanaises, des Amérindiens aux Noirs marrons, le fromager est un arbre sacré. Protecteur du village, ce majestueux végétal visible à des kilomètres était implanté près des bourgs pour lesquels il servait de phare naturel. Avec ses 50 mètres de hauteur et 40 de circonférence, le fromager est en passe de devenir l’emblème de la région. "Il symbolise l’ensemble de la biodiversité locale. S’il pouvait parler, il raconterait l’histoire de notre région", assure Claude Suzanon, président du Parc Amazonien de Guyane qui a âprement soutenu la candidature.

Claude Suzanon
©TDB. Claude Suzanon, président du Parc Amazonien de Guyane.

La médiatisation et la nouvelle popularité du fromager de Saül devraient ouvrir des perspectives touristiques à la commune, uniquement accessible par avion, à 35 minutes de Cayenne. "C’est une belle promotion pour notre forêt qui regorge de ressources. Par exemple, sur un hectare en Guyane, il y a plus d’espèces d’arbres que dans toute l’Europe. Nous avons aussi 200 mammifères, 700 oiseaux, des centaines de poissons", énumère-t-il. Une richesse inestimable cachée sous un écrin de verdure dont le fromager porte haut les couleurs. 
Publicité