outre-mer
territoire

L’Outre-mer et la COP21 en 10 photos

cop 21
Les Outre-mer à la COP21
Les Outre-mer à la COP21 ©DR
La COP21 vient de fermer ses portes. L'accord de Paris a été accepté par les représentants de 195 pays. Principale mesure : contenir la hausse de la température du globe bien en-deçà de 2° C. Que retenir de cet énorme événement pour l'Outre-mer ? La1ère.fr vous en donne un aperçu en 10 photos. 

#1 La députée d’Outre-mer la plus active

Maina Sage, députée de la Polynésie française
Maina Sage, députée de la Polynésie française ©CB

Maina Sage, la députée de la Polynésie française a été l’une des parlementaires françaises les plus actives de cette COP21. A raison de deux ou trois interventions par jour dans des conférences, des rencontres informelles avec des dirigeants de Pacifique, Maina Sage a plaidé pour que le réchauffement de la planète soit contenu à 1,5° Celsius d’ici à la fin du siècle. La Polynésie comme les autres archipels du Pacifique sont victimes d’un changement climatique qu’ils n’ont pas causé.
 

#2 Le serpent de mer de l’Outre-mer

George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer à la COP21
George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer à la COP21 ©CB

"Le projet de géothermie à La Dominique n'est pas abandonné", déclare George Pau-Langevin la ministre des Outre-mer à la COP21. On n'y croyait plus. Ce projet, on en parle depuis 10 ans. L’ADEME (l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie), les régions Martinique et Guadeloupe avaient pour objectif de faire construire une centrale géothermique à la Dominique qui permette son autonomie énergétique et qui en plus devait alimenter par câble sous-main les deux départements français. En 2013 EDF avait abandonné le projet qui par la suite n'a guère avancé. A cela s’ajoute, la tempête Erika qui a dévasté La Dominique fin août dernier. 
 

#3 La Martinique a son ambassadeur à la COP21

Jean-Yves Lacascade, conseiller à la Région Martinique
Jean-Yves Lacascade, conseiller à la Région Martinique ©CB

Jean-Yves Lacascade est un Caraibéen accompli. Martiniquais, Guadeloupéen et Porto-Ricain, il maîtrise aussi bien le Français, l’Anglais que l’Espagnol. Depuis quatre ans, il conseille Serge Letchimy, le président de la région Martinique sur les questions diplomatiques. Pour la première fois dans une Conférence climat, la Martinique s’est associée au CARICOM, la communauté des Caraïbes qui rassemble 15 Etats et Jean-Yves Lacascade voit cette intégration régionale d’un très bon oeil. James Fletcher, ministre de l'Environnement de Sainte-Lucie a été un négociateur actif pour le Caricom à cette Conférence climat.
 


#4 Le spécialiste des déchets plastiques en mer à la COP21

 
François Galgani de l'Ifremer
François Galgani de l'Ifremer ©CB

Le chercheur, François Galgani, spécialiste des déchets plastiques en mer est venu faire une conférence à la COP21. Cet océanographe de l'IFREMER vient de publier avec d’autres scientifiques un article dans lequel on apprend que La Réunion se trouve à une centaine de km d’une concentration énorme de plastique (un gyre). Ceci expliquerait pourquoi l’île française a vu arriver les débris d’avion du vol MH370 de la Malaysia Airlines en août dernier.
 

#5 La grenouille menacée de Guyane

Grenouille menacée de Guyane
Grenouille menacée de Guyane ©DR

Ranitomeya amazonica, cette petite grenouille du plateau des Guyanes a été la mascotte du département à la COP21. Elle a bien du mal à supporter le changement climatique. A cette COP21, la Guyane a son propre stand sous le pavillon Génération climat.
 

#6 Peuples autochtones très présents à la COP21, pas forcément entendus

Indiens Ashaninka à la COP21
Indiens Ashaninka à la COP21 ©CB

Parmi les peuples autochtones, les Ashaninka du Pérou se sont fait beaucoup remarquer à la COP21. Avec leurs plumes et leurs masques rouges, ils rappellent à quel point les hommes ont coupé les ponts avec la nature. Retrouvez le reportage de La1ère (en cliquant ici) sur les peuples autochtones au musée de l'Homme. Pascal Erhel de Polynésie et Jean-Aubéric Charles de Guyane y étaient.
 

#7 Le poisson-lion en vedette au Pavillon France à la COP21

Poisson-lion au Pavillon France à la COP21
Poisson-lion au Pavillon France à la COP21 ©DR

Cette magnifique rascasse est une plaie aux Antilles et le Pavillon France a fait le curieux choix de le mettre en avant, sans explication. Ce poisson-lion fait littéralement le vide autour de lui dans les Caraïbes, car il n’a pas de prédateurs. Très probablement échappé d’un aquarium, ce poisson a envahi les eaux des Antilles et la plupart des pêcheurs n’aiment pas beaucoup pêcher ce poisson très urticant. Selon certains, la chair du poisson-lion est délicieuse.
 

#8 Les jeunes Polynésiens en force à la COY

Le haka des jeunes Polynésiens venus à la COY
Le haka des jeunes Polynésiens venus à la COY ©CB

Avant la COP21, il y a eu la COY, la conférence des jeunes qui s’est déroulée à Villepinte. 37 Jeunes Polynésiens ont fait le voyage. C’était la délégation la plus importante venue d’Outre-mer.
 

#9 Les Comores ont un stand à la COP21

Stand des Comores à la COP21
Stand des Comores à la COP21 ©CB

L’archipel des Comores a l’un des stands les plus petits à la COP21, mais pour cet archipel de 800 000 habitants, les aides au changement climatique qui devraient alimenter le fonds vert seraient les bienvenues. Sur son stand, les Comores proposent aux visiteurs des sacs fabriqués artisanalement avec une carte de l’archipel où figure Mayotte, le département français revendiqué par la République comorienne.
 

#10 Le ministre de l’environnement qui a probablement le plus long nom du monde

Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de l'environnement du gouvernement de la Polynésie (au centre)
Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de l'environnement du gouvernement de la Polynésie (au centre) ©Célia Cléry

Heremoana Maamaatuaiahutapu, le ministre de l’environnement de la Polynésie est venu à la COP21 faire la promotion des aires marines éducatives. Un projet 100% Polynésien qui fait des émules dans l’Hexagone.